Une société israélienne soupçonnée dans une vaste affaire de corruption
Rechercher

Une société israélienne soupçonnée dans une vaste affaire de corruption

L'ancien directeur-général de Shikun & Binui serait l'un des principaux suspects dans le versement de millions de dollars au cours des années à des responsables africains

Image d'illustration d'un site de construction à Tel Aviv, le 1er décembre 2016 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Image d'illustration d'un site de construction à Tel Aviv, le 1er décembre 2016 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Quatre personnes ont été arrêtées jeudi dans un dossier de pots-de-vin international impliquant des dizaines de millions de dollars qui auraient été versés par une entreprise majeure de construction à des responsables africains au cours de nombreuses années, a dit la police.

Le dossier, qui a fait l’objet d’une enquête de la part de l’unité anti-fraude Lahav 433 et qui a été révélé dimanche au public, implique Shikun & Binui, l’une des plus importantes entreprises de construction et d’infrastructure, qui a de nombreux projets en Israël et partout dans le monde.

De hauts-responsables arrêtés au début de la semaine sont soupçonnés d’avoir effectué ces paiements illicites pour soutenir des projets de construction dans des pays d’Afrique qui n’ont pas été spécifiquement identifiés.

Ofer Kotler, ancien directeur-général de Shikun & Binui, a été arrêté dans ce dossier et sa détention a été prolongée jusqu’à mardi par la Cour des magistrats de Rishon Lezion, ont fait savoir les médias en hébreu.

Kotler, qui a été a été soumis à un régime d’assignation à résidence moyennant le dépôt de 500 000 shekels, a l’interdiction d’entrer en contact avec les autres suspects et a l’interdiction de quitter le pays.

Un autre haut-responsable de l’entreprise, qui serait le principal suspect aux côtés de Kotler et dont le nom a été soumis à une ordonnance de non-publication, a vu sa détention prolongée jusqu’à dimanche.

Les quatre nouveaux suspects qui ont été arrêtés seraient des employés, anciens et actuels, d’une seconde filiale européenne de Shikun & Binui.

Un enquêteur de police aurait déclaré durant l’audience décidant de la détention que le dossier a connu « des développements significatifs et spectaculaires venus soutenir les soupçons ».

« Si les soupçons qui pèsent sur l’entreprise et ses cadres s’avèrent être confirmés, il est difficile d’estimer les dégâts subis par l’image d’Israël après cette affaire », a dit le représentant de la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...