Une start-up israélienne s’associe à Renault-Nissan-Mitsubishi
Rechercher

Une start-up israélienne s’associe à Renault-Nissan-Mitsubishi

Cybellum travaillera avec l'alliance automobile dans son laboratoire à Tel Aviv pour construire des solutions pour le marché automobile

Slava Bronfman, PDG de Cybellum CEO, gauche à droite, avec Etienne Barbier, directeur au Laboratoire de l'Alliance d'innovation de Tel Aviv et Eldad Razielle, responsable de la sécurité informatique  au Laboratoire de l'Alliance d'innovation de Tel Aviv (Autorisation)
Slava Bronfman, PDG de Cybellum CEO, gauche à droite, avec Etienne Barbier, directeur au Laboratoire de l'Alliance d'innovation de Tel Aviv et Eldad Razielle, responsable de la sécurité informatique au Laboratoire de l'Alliance d'innovation de Tel Aviv (Autorisation)

La startup israélienne en sécurité informatique Cybellum s’associe avec un centre d’innovation mis en place par les constructeurs automobiles Renault-Nissan-Mitsubishi. L’objectif est de construire de nouvelles solutions de sécurité informatique pour le marché de l’automobile.

Cette collaboration intervient après les succès obtenus par les solutions informatiques que Cybellum a développées au Laboratoire d’alliance de l’innovation. Celui-ci a été mis en place par trois constructeurs à Tel Aviv l’année dernière. Il s’agit d’utiliser les technologies de pointe pour les véhicules du futur dans les domaines de l’électrification, des véhicules connectés, des services, de la conduite automatique et des nouveaux services de mobilité.

La sécurité informatique s’inscrit dans cet effort, ont déclaré le Laboratoire d’alliance de l’innovation et Cybellum dans un communiqué commun.

L’annonce de leur collaboration intervient alors que les Nations unies mettent en place les régulations sur la sécurité informatique et les mises à jour de programmes informatiques qui entreront en vigueur en janvier 2021. Cela ouvrira la voie à « un déploiement massif des véhicules connectés ».

Les voitures d’aujourd’hui peuvent avoir jusqu’à 150 unités électroniques de contrôle et environ 100 millions de lignes de code informatique, quatre fois plus que dans un avion de combat, notaient les Nations unies dans une publication sur ses régulations du 25 juin. Le nombre devrait fortement augmenter pour atteindre 300 millions de lignes de code d’ici 2030.

Tout cela arrive avec des « risques significatifs en matière de sécurité informatique », ont fait savoir les Nations unies. Les pirates informatiques peuvent chercher à avoir accès à des systèmes électroniques et des données, ce qui pourrait menacer la sécurité des véhicules et la vie privée de consommateurs.

Cybellum a développé des logiciels pour évaluer le risque global en matière de sécurité informatique pour la voiture, par opposition à l’évaluation du risque d’un seul composant ou manuellement, comme c’est souvent le cas aujourd’hui.

La technologie de la startup permet de détecter automatiquement un large éventail de défaillances dans les unités de contrôle de la voiture et d’autres programmes mobiles en vérifiant les composantes des logiciels intégrés sans avoir besoin d’accéder à leur code source. Les constructeurs peuvent ensuite prendre des mesures pour éliminer tout risque d’attaque informatique dans le processus de développement et de production avant qu’un dégât ne soit causé, tout en surveillant d’autres menaces.

« Notre collaboration avec Cybellum apportera sur le marché la première solution permettant d’évaluer le risque de vulnérabilité sur l’ensemble du véhicule, d’aider les marques de l’alliance à gérer le risque avec précision, d’économiser du temps et d’être compétitif pour les régulations à venir », a déclaré Eldad Raziel, responsable de la sécurité informatique au laboratoire de l’Alliance d’innovation.

La startup a déjà scellé plusieurs partenariats avec 10 constructeurs d’équipements de voitures et des fournisseurs Tier-1 dans le monde, précisait le communiqué.

« Au laboratoire, nous cherchons des approches novatrices et fraîches aux problèmes les plus fondamentaux dans notre industrie, parmi lesquels la sécurité informatique, a déclaré Etienne Barbier, directeur au laboratoire innovation, dans un communiqué. « La gestion des logiciels de sécurité ne constitue plus une activité optionnelle pour les constructeurs automobiles mais une transformation obligatoire pour un futur avec des programmes complètement automatisés, qui s’auto-évaluent et s’auto-corrigent. L’équipe Cybellum a posé les bases technologiques nécessaires pour faire de ce futur une réalité ».

La coopération cherchera à mettre à profit les solutions de Cybellum « pour obtenir une visibilité complète et continue » du risque en matière de sécurité informatique pour les véhicules et donner les conseils nécessaires sur les moyens de remédier à ces risques, notait le communiqué.

L’expertise des fabricants d’automobile concernant les « architectures des véhicules actuels et futurs conjointement à la place importante de la sécurité créé une vision partagée de la manière dont le cycle de vie des logiciels automobiles devrait évoluer pour répondre aux nouvelles réalités du marché », a déclaré Slava Bronfman, PDG de Cybellum, dans le communiqué.

Le laboratoire collabore avec l’écosystème local d’innovation à travers des initiatives communes pour produire des prototypes. Jusqu’à présent, il a dirigé plus de 15 projets collaboratifs et des essais de concept avec des startup israéliennes. Le laboratoire fournit aux startup locales l’espace pour tester des technologies sur de vrais véhicules, mais aussi une équipe d’ingénieurs présente en permanence en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...