Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Une statuette vieille de 3 000 ans découverte sur une plage de Palmachim

Le petit artéfact représentant la déesse égyptienne Hathor qui, chez les Cananéens, portait bonheur, a été retrouvé par une septuagénaire israélienne

Une statuette de 3000 ans de la déesse égyptienne Hathor découverte sur la plage de Palmachim en 2023. (Crédit : Yuli Shwartz/IAA)
Une statuette de 3000 ans de la déesse égyptienne Hathor découverte sur la plage de Palmachim en 2023. (Crédit : Yuli Shwartz/IAA)

Un Israélienne qui se promenait sur la plage de Palmachim, dans le sud d’Israël, a trouvé une statuette antique qui serait vieille de plus de 3 000 ans et qui représente une déesse égyptienne, a fait savoir mardi l’Autorité israélienne des antiquités.

Lydia Marner, 74 ans, se trouvait sur la plage en compagnie de son époux, il y a quelques semaines, lorsque son attention a été soudainement attirée par l’artéfact qui s’était échoué sur la rive.

« C’était une journée très tempêtueuse, les vagues étaient fortes et le temps était venteux », a-t-elle expliqué. « Nous étions en train de marcher en bord de mer quand j’ai tout à coup remarqué une pierre qui venait vers moi ».

« J’ai appelé mon mari et je lui ai dit que ce n’était pas une pierre ordinaire. J’ai bien vu que c’était quelque chose de spécial », a-t-elle ajouté.

Après avoir ramené la pierre chez elle et après avoir fait quelques recherches, elle a contacté l’Autorité des antiquités israéliennes (IAA) qui a envoyé des experts qui ont confirmé qu’il s’agissait d’une statuette représentant la déesse égyptienne Hathor et qui était probablement vieille de plus de 3 000 ans.

« Ces statuettes, qui étaient utilisées pour le culte, représentaient de manière générale la déesse égyptienne Hathor et elles témoignent de la présence de la culture cananéenne sur la terre d’Israël, à la fin de l’âge de Bronze en particulier », commente Amir Golani de l’IAA.

Lydia Marner montre la statuette de la déesse égyptienne Hathor qu’elle a découverte sur la plage de Palmachim, en 2023. (Crédit : Idan Horen/ IAA)

Golani ajoute que les statuettes étaient généralement placées dans toute la maison pour porter bonheur, apporter la fortune et que Hathor était liée « à la fertilité, à la défense et à la sagesse ».

Il note que si l’artéfact est très usé, Hathor peut être reconnue par ses cheveux en forme de cornes de taureau et par ses oreilles et ses yeux proéminents.

La statuette a été donnée à l’IAA dans le cadre d’une campagne récemment lancée par l’Autorité qui a visé à convaincre les Israéliens de lui remettre les artéfacts qu’ils sont susceptibles de trouver.

« De nombreuses personnes ont des objets antiques dans leurs habitations qui sont arrivés entre leurs mains dans des circonstances variées. Certains ont été découverts dans la nature, d’autres faisaient partie d’un héritage et ainsi de suite », déclare le directeur de l’IAA, Eli Eskosido.

« Nombreux sont ceux qui ne savent pas que conformément à la loi, ils sont tenus de donner ces objets à l’Autorité israélienne des Antiquités parce qu’ils sont des trésors historiques publics », dit-il.

Même si elle a dû donner sa découverte, Marner note être très heureuse.

« Je suis très contente d’avoir eu le privilège de trouver cette merveille très particulière », s’exclame-t-elle.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.