Une synagogue de NYC renvoie une employée enceinte à son mariage
Rechercher

Une synagogue de NYC renvoie une employée enceinte à son mariage

Alana Shultz poursuit la Congregation Shearith Israel pour être contrevenue aux lois sur son congé maternité

Alana Shultz, ancienne directrice des programmes de la Congrégation Shearith Israel, dit qu'elle a été licenciée en juillet 2015 parce qu'elle était enceinte au moment de son mariage. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Alana Shultz, ancienne directrice des programmes de la Congrégation Shearith Israel, dit qu'elle a été licenciée en juillet 2015 parce qu'elle était enceinte au moment de son mariage. (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’ancienne directrice des programmes de la plus ancienne congrégation juive en Amérique affirme qu’elle a été renvoyée parce qu’elle était enceinte pendant la période où elle a célébré son mariage.

Les avocats d’Alana Shultz ont annoncé qu’une requête de 13 pages a été déposée auprès de la cour fédérale mardi qui affirme que la Congregation Shearith Israel de Nex York, une synagogue portugaise et espagnole fondée en 1654, l’a renvoyée après avoir appris qu’elle était enceinte le 21 juillet.

La requête a été déposée auprès de la Cour suprême de Manhattan, a précisé Courthouse News.

La congrégation « a lamentablement échoué dans sa tentative de fusionner le judaïsme traditionnel et les lois civiles modernes », accuse la requête.

La requête présente trois violations de la Loi sur les congés pour raison médicale et des droits de l’Homme de New York et de l’Etat.

« Après avoir travaillé sans relâche à la Synagogue espagnole et portugaise pendant ces 11 dernières années, je suis plus qu’attristée qu’ils m’aient forcée à déposer cette poursuite, qui je l’espère, aidera d’autres femmes à éviter ce qu’ils m’ont fait pendant ce qui devrait être un temps pour la fête et la joie », a déclaré dans un communiqué Shultz, a indiqué le New York Post.

Shultz indique dans la requête qu’elle a annoncé à son superviseur sa grossesse avant de partir en lune de miel.

Le superviseur l’a rapporté au rabbin de la congrégation, Meir Soloveichik et un membre du conseil d’administration, Michael Lustig, selon la poursuite.

Quand elle est revenue de sa lune de miel, Shultz a dit que son poste avait été supprimé en raison d’une restructuration et que la congrégation lui a demandé de signer une décharge renonçant à toute poursuite et acceptant de ne pas dénigrer la synagogue, en échange de six semaines de salaire.

Lorsque Shultz a engagé un avocat, la congrégation lui a proposé de la réintégrer, poursuit la requête.

Schultz était la directrice des programmes de la congrégation depuis 2004, selon le site de la synagogue.

Elle a un Master en études juives du Jewish Theological Seminary.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...