Une technologie révolutionnaire révèle un texte « caché » sur un tesson de l’ère biblique
Rechercher

Une technologie révolutionnaire révèle un texte « caché » sur un tesson de l’ère biblique

La poterie vieille de presque 3 000 ans a révélé un écrit hébraïque rare datant de l'ère premier Temple ; d'autres découvertes de la même époque seront également être réexaminées

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Un collage comprenant le verso de l'ostracon n°16 d'Arad. (A) image couleur (RVB); (B) image MS correspondant à 890 nm; (C) dessin manuel (fac-similé) de la lecture proposée. Les formes creuses représentent des suppositions de caractères (Crédit : Autorisation de l'université de Tel Aviv)
Un collage comprenant le verso de l'ostracon n°16 d'Arad. (A) image couleur (RVB); (B) image MS correspondant à 890 nm; (C) dessin manuel (fac-similé) de la lecture proposée. Les formes creuses représentent des suppositions de caractères (Crédit : Autorisation de l'université de Tel Aviv)

À l’aide d’une simple caméra numérique modifiée et d’une nouvelle technique révolutionnaire qui ont permis de réaliser de l’imagerie multispectrale, une équipe interdisciplinaire de l’université de Tel Aviv a découvert des inscriptions hébraïques jamais vues avant sur un fragment datant de l’époque du premier Temple.

Cette découverte ouvre la possibilité que d’autres débris « vierges », datant de la même période, puissent également contenir des textes pas encore découverts jusqu’ici. De ce fait, il y a maintenant des projets pour réexaminer tous les fragments datant de cette période.

Un ensemble de 91 tessons d’argile (ou ostraca) avec des écrits datant de la veille de la destruction du royaume de Juda par Nabuchodonosor a été déterré à Tel-Arad, à l’ouest de la mer Morte, dans les années 1960.

C’était une découverte remarquable car les fragments ont été trouvés ensemble sur le sol d’une pièce unique, et l’écriture lisible sur ces tessons a été déchiffrée par les meilleurs chercheurs. Au cours des 50 dernières années, ils ont été exposés de façon proéminente au musée d’Israël.

Contenant des listes d’approvisionnements et des ordres des maîtres de quartiers militaires, la valeur de l’étude des tessons sur la langue hébraïque, de la sociologie et l’économie de cette période a été incommensurable.

Maintenant, cependant, avec la découverte de mots précédemment « invisibles », et même des phrases sur le côté « vierge » de l’un des premiers fragments examiné avec cette nouvelle technologie, ces pièces sont devenues encore plus importantes.

Selon des suppositions des experts, la majorité de la correspondance et de la littérature de cette période historique a été rédigée sur du papyrus biodégradable. Par conséquent, la plupart des inscriptions hébraïques de la période biblique qui restent ont été retrouvées sur des ostraca.

Une fois déterrée, cependant, l’encre sur l’argile s’efface rapidement. Malheureusement, de nombreux fragments précédemment considérés comme « vierges » ont été sommairement jetés lors des fouilles ou pendant l’enregistrement des artefacts.

La nouvelle technique d’imagerie multispectrale, développée par une équipe de mathématiciens, d’archéologues et de spécialistes en physique appliquée – co-dirigée par l’archéologue et professeur Israël Finkelstein et le professeur de physique Eli Piasetzky – donnera à ces pièces de poterie « vierges » la possibilité de révéler tous leurs trésors cachés.

Le verso de l'ostracon n ° 16 d'Arad. (A) la photo en couleur (B) l'image MS correspondant à 890 nm; (C) le dessin manuel (fac-similé) de la lecture proposée. Les formes creuses représentent des suppositions de caractères (Crédit : Autorisation de l'université de Tel Aviv)
Le verso de l’ostracon n ° 16 d’Arad. (A) la photo en couleur (B) l’image MS correspondant à 890 nm; (C) le dessin manuel (fac-similé) de la lecture proposée. Les formes creuses représentent des suppositions de caractères (Crédit : Autorisation de l’université de Tel Aviv)

Dans un article publié dans le journal scientifique PLOS One, l’équipe décrit les expériences avec l’imagerie multispectrale (MS) réalisées sur un ostracon (Ostracon No. 16, Numéro de l’Autorité des antiquités d’Israël : 1967-990, daté d’env. 600 avant notre ère) des ostraca retrouvés à Tel Arad.

Les résultats de l’imagerie MS expérimentale ont permis d’avoir une image avec une clarté plus accrue du texte sur le côté face déjà étudié – et la découverte entièrement non intentionnelle de nouvelles lignes de texte, indétectables à l’œil humain, au verso.

Le nouveau texte du côté verso de l’ostracon n°16 a été découvert par hasard. En photographiant le texte connu, Michael Cordonsky, le manager du laboratoire d’imagerie et gestionnaire du système à l’école de physique et d’astronomie, a eu l’idée de tourner le morceau – au cas où – et a trouvé trois lignes d’écriture datant d’il y a deux millénaires et demi qui auraient autrement été perdues.

« Nous avons pensé que nous avions une excellente technique, mais il s’est avéré que nous avons cherché des ânes et trouvé un royaume », a déclaré le mathématicien Barak Sober, faisant allusion à l’histoire biblique dans laquelle le futur roi Saul cherche les ânes de son père et rencontre le prophète Samuel qui l’avait oint.

La configuration de la caméra d'imagerie multispectrale utilisée par l'équipe interdisciplinaire de l'université de Tel-Aviv (Crédit : Autorisation de l'université de Tel Aviv)
La configuration de la caméra d’imagerie multispectrale utilisée par l’équipe interdisciplinaire de l’université de Tel-Aviv (Crédit : Autorisation de l’université de Tel Aviv)

Grâce à la nouvelle imagerie MS, environ 45 nouveaux caractères ont été découverts sur le côté recto de l’ostracon n°16, ce qui signifie que presque 20 mots ont été ajoutés, ce qui a modifié la lecture du texte – la moitié du total des caractères. Sur le côté verso, qui était censé être vide, le texte comporte plus de 50 caractères, créant 17 nouveaux mots.

Le morceau d’argile a été photographié dans une pièce sombre avec l’appareil photo numérique Canon SLR 450D modifié par l’équipe. Différentes lentilles et filtres ont été utilisés, y compris une lentille macro Tamron SP AF90mm F / 2.8 Di 1: 1. Et le filtre interne Canon IR Cut a été retiré par Lifepixel et remplacé par du verre transparent ayant le même indice de réfraction, selon l’article.

La plupart des caméras des institutions achetées pour faire de l’imagerie MS coûtent environ 100 000 dollars. La version ‘faite maison’ de l’équipe de Tel Aviv coûte bien moins de 5 000 dollars.

« Cette recherche a suggéré une procédure simple pour l’acquisition d’une image MS plus lisible sur un groupe d’images prises à différentes longueurs d’onde… Selon ces conclusions, un système d’acquisition de MS à faible coût a été construit et comparé à un dispositif d’imagerie MS plus sophistiqué et coûteux. Le potentiel d’amélioration de la lisibilité a été jugé comme étant comparable dans ces deux systèmes », selon l’article.

Le Times of Israel s’est entretenu avec le membre de l’équipe et le spécialiste en mathématique appliquée Arie Shaus, dont le doctorat traite des techniques mathématiques et de statistiques utilisées pour le traitement des images. Selon Shaus, la caméra d’imagerie MS modifiée utilisée par l’équipe interdisciplinaire constitue un grand changement pour les études archéologiques.

Des inscriptions en hébreu ancien remontent à 2 500 années découvertes près d'Arad. (Crédit : Université de Tel Aviv / Michael Cordonsky, Autorité des antiquités d'Israël)
Des inscriptions en hébreu ancien remontent à 2 500 années découvertes près d’Arad. (Crédit : Université de Tel Aviv / Michael Cordonsky, Autorité des antiquités d’Israël)

« Cela signifie que chaque université ou équipe de fouilles archéologiques peut construire sa propre caméra », a déclaré Shaus, et peut-être découvrir des inscriptions oubliées jusque-là.

Shaus a déclaré que l’équipe continuera à photographier d’autres ostraca datant de la période du Premier Temple. Il estime que ce projet sera terminé d’ici la fin de l’année.

Cependant, a noté Shaus, les experts seront encore confrontés à deux défis : les ostraca qui se trouvent en dehors des frontières d’Israël et le nouveau besoin de re-déchiffrer et de réexaminer toutes les inscriptions trouvées sur les artefacts précédemment étudiés.

« Cela nécessite beaucoup de travail et cela prend du temps », a-t-il déclaré.

Pour de nombreux linguistes, cependant, trouver de nouveaux renseignements et avoir un aperçu rare du Premier Temple en hébreu sera un travail d’amour.

L’importance universitaire des nouvelles inscriptions

Selon le secrétaire scientifique de l’Académie de la Langue hébraïque, les inscriptions existantes trouvées sur les poteries d’Arad sont déjà très importantes pour l’étude de l’hébreu ancien.

L’ensemble des 91 pièces de poterie est composé en grande partie de correspondance entre les maîtres de l’approvisionnement militaire, principalement adressée à une personne nommée Elyashiv, qui est censé être le quartier-maître de la forteresse. Sans surprise, la plupart des écrits traitent des mots centrés sur les denrées alimentaires et les commandes d’expédition.

Selon l’article du PLOS, « les inscriptions contiennent des commandes concernant l’approvisionnement en denrées alimentaires (vin, huile et farine) des unités militaires et des mouvements des troupes, dans le contexte des événements orageux des dernières années avant la chute de Juda. Ils comprennent des commandes qui sont arrivées à la forteresse d’Arad.

L'excavations à Tel Arad dans le désert du Néguev, le 16 mars 2006 (Crédit : CC BY-SA Wikimedia Commons)
L’excavations à Tel Arad dans le désert du Néguev, le 16 mars 2006 (Crédit : CC BY-SA Wikimedia Commons)

L’ostracon No. 16 est une lettre envoyée à Elyashiv de Hananyahu – l’équipe suppose qu’il était un intendant à Beer Sheva – et évoque un transfert d’argent. Après l’expérience d’imagerie MS, les inscriptions nouvellement découvertes montrent que Hananyahu a également demandé du vin.

« Bien qu’il soit vrai que beaucoup d’ostraca traitent des demandes de vin ou d’autres fournitures, il y a des résultats qui vont bien au-delà de cela en termes d’importance. Ce trésor nous renseigne à propos de la grammaire, du vocabulaire, de la forme et du développement de l’écriture, de l’orthographe et aussi sur l’hébreu utilisé à cette époque », a déclaré Ronit Gadish, le secrétaire scientifique de l’Académie de la langue hébraïque.

Un doctorant en mathématiques appliquées de l'université de Tel Aviv Arie Shaus (Crédit : Autorisation)
Un doctorant en mathématiques appliquées de l’université de Tel Aviv Arie Shaus (Crédit : Autorisation)

Mais ils éclairent également sur la sociologie et l’économie de l’époque. Grâce à des fournitures commandées, nous savons quelles étaient les denrées alimentaires qui pouvaient être trouvées à ce moment-là en Israël et les quantités demandées, a noté Gadish.

« Chaque lettre, chaque chance de déchiffrer n’importe quel élément améliore notre compréhension du texte et de l’histoire, de l’économie et de la langue de cette période », a ajouté Gadish. « C’est incroyable car cela peut tout à coup être si facilement examiné. C’est une évolution très importante. »

Shaus a déclaré au Times of Israel que, en raison du coût raisonnable de l’imagerie, il espère que toutes les institutions et les équipes de fouilles archéologiques mettront en œuvre cette technologie dans un proche avenir comme un outil inséparable de leurs recherches.

« Nous voulons être sûrs que l’œil humain ne néglige plus aucune inscription », a déclaré Shaus.

« Mon cœur me fait mal lorsque je pense à toutes les inscriptions [sur des tessons que l’on pensait être vierges] qui ont été jetées à la poubelle, car il était impossible de les discerner [les écritures] sur le terrain », a-t-il déploré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...