Une ville belge va supprimer les références aux collaborateurs nazis
Rechercher

Une ville belge va supprimer les références aux collaborateurs nazis

La place Briviba honorait des soldats lettons liés aux forces SS nazies; le site recevra un nouveau nom et la plaque sur la "Ruche lettone" sera retirée

La statue "Latvian Beehive" à Zedelgem, en Belgique. (Crédit : Okupacijas Muzejs via JTA)
La statue "Latvian Beehive" à Zedelgem, en Belgique. (Crédit : Okupacijas Muzejs via JTA)

JTA – Une ville belge retire d’une place locale la plupart de ses références à un groupe de soldats lettons qui faisaient partie des forces SS de l’Allemagne nazie, suite à des allégations selon lesquelles la place les honorait.

La place Briviba à Zedelgem, une petite ville située à 110 km à l’ouest d’Anvers, contenait une statue et une plaque sur la « Ruche lettone », des centaines de prisonniers de guerre lettons qui ont été brièvement enterrés dans un camp de prisonniers de guerre dans le village après la Seconde Guerre mondiale. Ils faisaient partie des 15e et 19e divisions de grenadiers Waffen, qui étaient sous l’administration des nazis.

Les membres du conseil municipal de Zedelgem ont soutenu la commémoration des soldats détenus dans le camp de prisonniers de guerre, donnant le feu vert au projet en 2018. Il a créé une controverse en grande partie grâce à la couverture de Lev Golnikin, un journaliste et auteur juif qui a écrit sur le sujet dans le Forward.

La place recevra un nouveau nom et sa plaque sera retirée. Mais pour l’instant, la statue reste en place.

Annick Vermeulen, le maire de Zedelgem, a déclaré que toute offense causée n’était pas intentionnelle.

De nombreux Lettons admirent la « Ruche » pour ses efforts dans la lutte contre la Russie. La capitale de la Lettonie, Riga, possède sa propre place Briviba, et les vétérans des anciennes unités SS locales organisent chaque année des marches dans la ville. Des protestations contre cette marche sont également organisées chaque année par les habitants qui y voient une glorification des criminels de guerre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...