Université de Tel-Aviv : Aide à l’intégration des Olim francophones
Rechercher

Université de Tel-Aviv : Aide à l’intégration des Olim francophones

Les étudiants peuvent s’inscrire, en plus du département de leur choix, dans le programme de culture française qui leur permet de suivre une partie des cours en français

Le campus de l'université de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Ido Perelmutter/domaine public/Wikimedia Commons)
Le campus de l'université de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Ido Perelmutter/domaine public/Wikimedia Commons)

Le programme de culture française de l’Université de Tel-Aviv permet aux étudiants nouveaux immigrants ou aux étudiants arrivés il y a quelques années de garder un contact avec leur langue et leur culture, tout en facilitant leur acclimatation dans le nouvel environnement israélien.

Si une connaissance de base de l’hébreu est exigée pour s’inscrire à l’Université, elle ne suffit pas toujours aux nouveaux arrivants qui ont du mal à suivre tous leurs cours en hébreu.

La Licence (BA) dans l’Université israélienne se fait dans deux disciplines, les étudiants peuvent donc s’inscrire, en plus du département de leur choix, dans le programme de culture française qui leur permet de suivre une partie des cours en français, de faire leurs examens et d’écrire leurs travaux en français, de suivre des cours dont les textes de base sont en français et de recevoir une aide bénévole pour les cours en hébreu qui traitent de la culture française.

Les cours en français portent, par ailleurs, sur des matières qui intéresseront particulièrement les étudiants venus de France, ou intéressés aux rapports qu’entretiennent la France et Israël, comme l’analyse comparative des discours électoraux en France et en Israël ou encore les polémiques publiques en France et en Israël.

Les étudiants qui désirent entreprendre un doctorat en langue française sur tout sujet lié au discours politique, social, médiatique, littéraire, artistique, touristique, sont invités à s’adresser au Prof. Ruth Amossy, coordinatrice du groupe de recherche ADARR à l’Université de Tel-Aviv.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...