Rechercher

Université de Toronto: le syndicat étudiant supprime une résolution interdisant la nourriture casher

Le texte appelait à ne pas s'approvisionner dans des endroits qui "normalisent l'apartheid israélien"

Le campus de l'Université de Toronto-Scarborough. (Crédit : Wikimedia Commons via JTA)
Le campus de l'Université de Toronto-Scarborough. (Crédit : Wikimedia Commons via JTA)

JTA – Après un tollé et une réprimande du président de l’Université de Toronto, le syndicat étudiant d’un campus satellite de l’université a modifié une proposition visant à interdire des aliments casher liés de quelque manière que ce soit à Israël.

Une résolution adoptée le 29 novembre par le syndicat étudiant du campus de Scarborough de l’Université de Toronto protège les droits des étudiants juifs à « jouir de la liberté d’expression sur le campus, y compris l’expression d’opinions politiques, la pratique de croyances religieuses et l’affichage de symboles juifs », selon une capture d’écran publiée sur Twitter par Jewish on Campus, un groupe de veille.

Cette résolution faisait suite à une résolution, adoptée le 24 novembre, qui réaffirmait l’engagement du syndicat envers le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanction (BDS) à l’encontre d’Israël et interdisait une série d’engagements avec des groupes, des entreprises ou des individus ayant des liens avec Israël – y compris les fournisseurs de nourriture casher.

Selon une copie de la résolution obtenue par le blogueur pro-israélien Elder of Ziyon, le syndicat étudiant a écrit que « des efforts devraient être faits pour s’approvisionner en nourriture casher auprès d’organisations qui ne normalisent pas l’apartheid israélien » – tout en précisant que des exemptions seraient envisagées en raison de la rareté relative de la nourriture casher.

La résolution révisée, qui ne mentionne plus aucune restriction proposée aux fournisseurs d’aliments casher, est intervenue après les condamnations de la direction de l’université et des organisations juives canadiennes.

B’nai Brith Canada a déclaré que la résolution aurait « effectivement fermé la vie juive » sur le campus parce que le syndicat « contrôle le financement des clubs, la réservation des chambres et de nombreux autres aspects de la vie étudiante au campus de Scarborough ».

Meric Gertler, le président de l’université, a déclaré le 26 novembre – après la première résolution, mais avant la seconde qui l’a annulée – que la résolution initiale était incompatible avec les « valeurs fondamentales de l’université que sont la liberté d’expression et l’inclusion. »

« Il est inacceptable d’exiger que les personnes qui fournissent de la nourriture à titre d’accommodement religieux soient obligées de demander une exemption, ou même d’être interrogées sur leur point de vue concernant des questions qui se posent ailleurs dans le monde », a déclaré M. Gertler.

Il y a deux ans, un responsable de la Graduate Student Union de l’université a déclaré que le syndicat ne soutiendrait pas une initiative de Hillel visant à apporter de la nourriture casher sur le campus parce que Hillel est « pro-Israël ». Le syndicat avait ensuite présenté ses excuses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...