Rechercher

USA : droits LGBT et le contrôle des armes absents du programme des JFNA

Un responsable des Fédérations juives d'Amérique du nord souligne qu'il s'agit d'un recadrage des priorités et non pas d'un changement de politique

Une séance plénière à l'Assemblée Générale des Fédérations juives d'Amérique du Nord, à Washington, le 9 novembre 2015 (Crédit : Flickr / JFNAMarketing)
Une séance plénière à l'Assemblée Générale des Fédérations juives d'Amérique du Nord, à Washington, le 9 novembre 2015 (Crédit : Flickr / JFNAMarketing)

JTA — Les JFNA (Fédérations juives d’Amérique du nord) ont supprimé la promotion du contrôle des armes, la sensibilisation aux questions relatives aux droits électoraux et aux protections à apporter aux communautés LGBT du programme établissant les priorités de l’organisation. Un haut-responsable a fait savoir, de son côté, que ce changement ne diminuait en rien l’engagement du groupe en faveur de ces problématiques.

En comparaison avec ces dernières années, le document des « Priorités publiques des fédérations juives » pour 2022, qui a été transmis lundi aux fédérations qui constituent l’organisation, a changé de manière substantielle. Tandis que les documents de 2021 et de 2022 sont à peu-près de la même longueur – avec environ 500 mots – la version la plus récente est rédigée de manière plus générale et elle ne mentionne pas de questions ou de législations ayant trait à la justice sociale.

Alors qu’en 2021, le document comprenait « la promotion de mesures raisonnables de prévention des violences par arme à feu en tant que moyen de préserver le communauté juive des violences et de lutter contre l’antisémitisme », le document de 2022 ne fait aucune mention des armes à feu.

Les protections à apporter aux communautés LGBT – qui figurent depuis des années dans le document annuel – et les problèmes relatifs aux droits électoraux sont également absents du document 2022.

La nouvelle version établit que l’organisation-cadre se concentre « sur la lutte contre toutes les formes de haine, de discrimination, de racisme et d’extrémisme, notamment en soutenant les législations et les ressources nécessaires pour combattre les crimes de haine, les politiques garantissant la justice et l’égalité et les ressources pour combattre les abus et le harcèlement ».

Un haut-responsable des JFNA a fait savoir que cette initiative ne traduisait aucun changement politique, mais que le nouveau document avait voulu établir plus clairement ses priorités aux Fédérations qui constituent le groupe et aux Conseils des relations communautaires juifs, leur permettant d’être plus « souples » lors des campagnes de lobby auprès des députés. Les JFNA et les fédérations locales emploient des lobbyistes qui interviennent pour promouvoir des législations aux niveau fédéral et des états.

« Nous nous concentrons sur les mêmes valeurs déterminantes et bipartisanes qui sont chères, depuis longtemps, aux communautés juives tout en abordant notre travail de lobbying d’une manière qui nous permettra de devenir une force politique plus souple », a commenté Elana Broitman, vice-présidente des affaires publiques auprès des JFNA.

Photo d’illustration : Des manifestants réunis aux abords de la Cour suprême à Washington, alors qu’une législation prévoyant de mieux protéger les communautés LGBTQ est dans l’impasse au sénat, le 8 octobre 2019. (Crédit : AP/Susan Walsh)

Ce changement survient alors que les JFNA ont récemment été accusées de chercher à éviter la controverse ou de s’identifier à des causes auxquelles les conservateurs ont pu s’opposer – comme, par exemple, le mouvement Black Lives Matter.

L’ordre dans lequel les priorités sont apparues a aussi graduellement changé ces dernières années. En 2018, la question la plus déterminante était la nécessité de protéger Medicare à une période où le président américain d’alors, Donald Trump, et les dirigeants républicains du congrès prévoyaient des changements substantiels dans la politique d’accès aux soins. En 2019, les JFNA avait encore mis l’accent sur les Américains les plus âgés. En 2020 et en 2021, priorité avait été accordée à la sécurité des Juifs suite à une recrudescence des violences antisémites.

Cette année, la priorité est donnée à « la sécurité communautaire juive et au soutien d’Israël ». Un officiel des JFNA qui a demandé à conserver l’anonymat a indiqué que l’organisation avait constaté une intensification des critiques et des activités anti-israéliennes suite au dernier conflit du mois de mai qui avait opposé l’État juif à Gaza, en plus des menaces sécuritaires qui planent de manière continue sur les institutions juives. L’officiel a ainsi pris l’exemple de la prise d’otages qui a eu lieu le mois dernier à Colleyville, au Texas.

Les omissions remarquées dans la liste ne signifient pas que le contrôle des armes, pas exemple, ne reste pas déterminant, a continué le responsable qui a noté que « les armes tombent naturellement dans la catégorie de la sécurité » – qui est la toute première catégorie mentionnée dans ce document 2022.

Les JFNA ont noté le lancement récent de JEDI – un » programme juif d’égalité, de diversité et d’inclusion » – qui est en train de mettre le point final à un programme destiné aux professionnels juifs traitant des questions de race, LGBT et autres problématiques liées à l’inclusion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...