Warren : sans effort sur les implantations, l’aide à Israël « sur la table »
Rechercher

Warren : sans effort sur les implantations, l’aide à Israël « sur la table »

La concurrente démocrate a expliqué que les politiques de Jérusalem éloignent une solution à deux Etats et que les Etats-Unis pourraient retirer l'aide apportée à Israël

La candidate démocrate à la présidence, la sénatrice Elizabeth Warren , pendant un événement à Norflok, en Virginie, le 18 octobre 2019 (Crédit : Zach Gibson/Getty Images/AFP)
La candidate démocrate à la présidence, la sénatrice Elizabeth Warren , pendant un événement à Norflok, en Virginie, le 18 octobre 2019 (Crédit : Zach Gibson/Getty Images/AFP)

La candidate aux primaires démocrates pour la présidence Elizabeth Warren a indiqué, dimanche, que les Etats-Unis pourraient retirer l’aide apportée à l’Etat juif pour forcer ce dernier à stopper ses constructions dans les implantations.

Interrogée pendant un événement politique organisé dans l’Iowa sur son positionnement concernant une aide qui serait conditionnée à l’arrêt de l’expansion des implantations, la sénatrice du Massachusetts a répondu que « tout est sur la table ».

Les Etats-Unis fournissent environ 3,8 milliards de dollars en assistance militaire annuelle à l’Etat juif.

« En ce moment même, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dit qu’il va emmener Israël dans la direction d’un élargissement des implantations. Ce qui ne nous fait pas avancer vers une solution à deux Etats », a expliqué Warren.

« La politique officielle des Etats-Unis d’Amérique est de soutenir la solution à deux Etats et si Israël va dans la direction opposée, alors tout est sur la table », a-t-elle clamé, avant de répéter : « Tout est sur la table. »

Warren est actuellement au coude à coude dans les sondages avec l’ancien vice-président Joe Biden en amont des primaires démocrates, et elle l’a même devancé dans certaines enquêtes d’opinion. Elle est considérée comme plus libérale et plus à gauche que Biden sur de nombreux sujets.

Au mois de juin, le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, à la troisième place dans la course aux Primaires, avait dit qu’il réfléchirait « absolument » à des réductions de l’aide américaine à l’Etat juif afin d’exercer des pressions sur Jérusalem.

Il avait toutefois ajouté qu’il ne prendrait pas de décisions qui rendraient Israël vulnérable au niveau militaire.

Les aides militaires à Israël ont augmenté de manière constante depuis le milieu des années 1980, quand elles avaient été mises en place, et elles sont considérées comme un élément central de l’alliance passée entre Israël et les Etats-Unis. Peu de députés américains ont remis en cause l’octroi de ces fonds.

Au mois de septembre 2016, le président américain Barack Obama et Netanyahu avaient signé un protocole d’accord faisant grimper le chiffre de trois milliards de dollars annuels à 3,8 milliards de dollars au cours des dix prochaines années, malgré les relations glaciales entre les deux hommes.

Ces aides sont considérées en Israël comme déterminantes pour aider l’Etat juif à conserver son avantage militaire face aux menaces potentielles dans la région.

Eric Cortellessa a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...