USA : le sénat approuve deux projets de loi contre le Hezbollah
Rechercher

USA : le sénat approuve deux projets de loi contre le Hezbollah

L'un des textes cible l'utilisation, par le groupe terroriste libanais, de boucliers humains et le deuxième sanctionne ceux qui le financent ou le soutiennent

Des combattants du Hezbollah près de leur véhicule militaire dans la vallée Al-Kheil, à la frontière libano-syrienne, le 29 juillet 2017 (Crédit :  AP Photo/Bilal Hussein)
Des combattants du Hezbollah près de leur véhicule militaire dans la vallée Al-Kheil, à la frontière libano-syrienne, le 29 juillet 2017 (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)

Le sénat américain a adopté deux mesures ciblant le Hezbollah en sanctionnant ses financiers et ses soutiens, ainsi que ceux qui aident le groupe terroriste à utiliser des civils comme boucliers humains.

Les deux projets de loi ont été approuvés jeudi, bénéficiant d’un appui bi-partisan.

Le projet de loi sur les boucliers humains, appelé « loi de sanction de l’usage des civils en tant que boucliers humains sans défense », condamne aussi pour cette pratique le Hamas, le groupe terroriste de Gaza.

Cette mesure imposerait des sanctions aux membres du Hamas et du Hezbollah qui utilisent des êtres humains comme boucliers ainsi que les agences d’État qui aident les groupes à le faire. Le texte va être dorénavant présenté au vote à la Chambre des représentants.

La proposition de législation qui punit les financiers ou ceux qui apportent des ressources au Hezbollah, appelée « la loi de prévention du financement international du Hezbollah 2017 », impose des sanctions aux entités gouvernementales qui soutiennent l’aile armée du groupe.

Elle punit aussi les entreprises ou les individus qui aident aux collectes de fonds et aux recrutements en faveur du Hezbollah, en plus d’imposer des peines au groupe lui-même. Elle mentionne également l’obligation de signaler et de contrôler toute marque de soutien apportée au Hezbollah.

Le texte, qui a été adopté le mois dernier par la chambre, « renforce et élargit la portée des sanctions économiques et financières imposées par la loi précédente », selon un communiqué transmis par le groupe de lobby pro-israélien AIPAC. Il attend dorénavant la signature du président américain Donald Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...