Rechercher

USA: Un extrémiste de droite inculpé pour vandalisme sur une ménorah de Hanoukka

"C'est un scandale", aurait dit Tim Gionet en profanant une ménorah dans l'Arizona, l'année dernière ; il avait été mis en examen pour son rôle dans les émeutes du Capitole

Des images montrent une personnalité d'extrême-droite, Tim Gionet, profanant une ménorah en Arizona, en 2020. (Crédit : Capture d'écran)
Des images montrent une personnalité d'extrême-droite, Tim Gionet, profanant une ménorah en Arizona, en 2020. (Crédit : Capture d'écran)

Une personnalité des médias d’extrême-droite, Tim Gionet – connu sous le nom de « Baked Alaska » – qui avait été mise en examen pour son rôle dans les émeutes du Capitole, est soupçonnée d’avoir profané une ménorah de Hanoukka, l’année dernière, en Arizona, a fait savoir vendredi le Daily Beast.

Gionet, connu pour promouvoir des théories du complot antisémite, avait été arrêté cette année pour son rôle dans les émeutes qui avaient eu lieu au Capitole américain et il est dans l’attente de son procès, même s’il est resté en liberté.

Selon le journal, les procureurs de l’Arizona ont inculpé l’homme pour deux délits : dégâts criminels et tentative de commettre des dégâts criminels.

L’article précise que dans l’acte d’inculpation auquel le journal a eu accès, les procureurs de l’État indiquent qu’au mois de décembre 2020, Gionet a profané une ménorah, à Hanoukka, qui était installée aux abords de la capitale de l’état.

Des images qui avaient été partagées sur internet, – qui aurait été celles tournées par Gionet pendant l’incident – le montrent en train d’ôter un panneau installé devant la ménorah. Son visage n’apparaît pas dans le clip.

« Plus de ‘Joyeux Hanoukka’, mais seulement ‘Joyeux Noël’. C’est un scandale », dit Gionet en commettant son méfait.

Il semble que toutes les paroles tenues par l’homme ne sont pas retransmises dans la vidéo et il est difficile de dire en conséquence quels autres propos il a tenus.

Cet incident avait eu lieu quelques jours avant que Gionet ne participe, aux côtés de milliers d’autres partisans du président américain d’alors, Donald Trump, à des émeutes qui avaient entraîné la prise d’assaut du Capitole, en date du 6 janvier, alors que le Congrès s’était réuni pour confirmer la victoire électorale de Joe Biden. Ces échauffourées avaient fait cinq morts.

« Baked Alaska » salué par les membres du groupe d’extrême-droite America First devant le siège mondial de Pfizer, à Newx York, le 13 novembre 2021. (Crédit :Stephanie Keith/Getty Images/AFP)

Gionet doit répondre de violences et de troubles à l’ordre public dans le cadre de l’assaut du Capitole et il est aussi accusé d’être entré volontairement et illégitimement dans un bâtiment dont l’accès est restreint, selon le département américain de la Justice.

Gionet a été banni d’un certain ombre de réseaux sociaux pour des publications antisémites, partageant notamment sur Twitter le mantra suprématiste blanc : « Nous devons garantir l’existence de notre peuple et un avenir pour les enfants blancs », a fait savoir Gizmodo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...