USA : un prêtre démissionne après des révélations sur son passé au KKK
Rechercher

USA : un prêtre démissionne après des révélations sur son passé au KKK

Le prêtre de la banlieue de Washington n'a jamais présenté d'excuses ou dédommagé 2 institutions juives pour avoir incendié des croix sur des sites leur appartenant

Le père William Aitcheson, prêtre du diocèse catholique romain d'Arlington, en Virginie. Photographie non datée fournie par le diocèse. (Crédit : capture d'écran)
Le père William Aitcheson, prêtre du diocèse catholique romain d'Arlington, en Virginie. Photographie non datée fournie par le diocèse. (Crédit : capture d'écran)

Un prêtre catholique de la banlieue de Washington, qui a quitté ses fonctions après les révélations de son passé au sein du Ku Klux Klan (KKK), n’a jamais présenté d’excuses, ni versé de dédommagement à deux institutions juives comme lui avait ordonné un tribunal pour avoir incendié des croix sur des sites leur appartenant.

Bill Aitcheson, prêtre à l’église catholique St. Léon le Grand de Fairfax, en Virginie, a reconnu dans un article personnel publié il y a une semaine dans le journal Arlington Catholic Herald avoir été membre du KKK lors de ses années passées à l’université, en indiquant que sa foi catholique l’avait sauvé , a annoncé le Washington Post.

Il s’est référé au rassemblement de suprématistes blancs qui a eu lieu au début du mois à Charlottesville, en Virginie, en écrivant que « les racistes ont pollué les esprits ».

Aitcheson a temporairement quitté son poste dans le diocèse d’Arlington à sa propre demande suite à la publication de cet article, selon le Post.

Membres du Ku Klux Klan (KKK) autour d'une croix enflammée, le 12 novembre 2015. (Crédit : Confederate till Death/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
Membres du Ku Klux Klan (KKK) autour d’une croix enflammée, le 12 novembre 2015. (Crédit : Confederate till Death/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Le Washington Post a indiqué que le diocèse dissimulait la période pendant laquelle Aitcheson avait adhéré au KKK, affirmant qu’il était un « chef violent » du groupe suprématiste dans le Maryland. Il avait été emprisonné pour avoir brûlé des croix, pour avoir menacé de tuer Coretta Scott King et comploté pour démonter des systèmes hydrauliques et des installations militaires. Il voulait également lancer une révolution armée, pour laquelle il avait stocké des bombes et des armes à feu.

Le journal a suggéré qu’Aitcheson a écrit son article après que Maria Santos Bier, journaliste freelance membre du diocèse d’Arlington, qui était également une ancienne étudiante en histoire d’Aitcheson, a interrogé le diocèse sur le passé d’Aitcheson au Ku Klux Klan, disant qu’elle pourrait écrire à ce sujet.

Le Post a écrit qu’un groupe du clan dirigé par Aitcheson avait incendié six croix dans le comté de Prince George dans le Maryland, notamment sur les terrains de deux institutions juives, et qu’il avait été condamné en 1977 à 90 jours d’incarcération dans une prison médicale fédérale assortis de quatre ans de probation, par un juge qui lui avait dit : « je ne crois pas que vous soyez une mauvaise personne. »

En 1982, il avait été condamné au civil à payer la somme de 23 000 dollars de dommages et intérêts à deux institutions juives, à un couple afro-américain et à d’autres victimes juives pour avoir brûlé des croix.

Il avait décidé de se tourner vers la prêtrise après cette condamnation et a été ordonné en 1988, à l’âge de 33 ans.

Aitcheson a enseigné la guerre civile, l’appelant « la guerre de l’agression nordiste », a expliqué un ancien enfant de chœur au Post. Il a également collectionné des objets en liaison avec la guerre civile.

« Je tente de penser de choses bonnes au sujet de nos prêtres, et c’est difficile d’apprendre cette information et de penser à des choses bonnes », a déclaré l’un des paroissiens d’Aitcheson, Mark Krajewski, au Post.

Il a ajouté : « Je ne pourrai jamais oublier ça. »

Le diocèse a offert d’aider Aitcheson à payer les amendes qu’il doit à ses victimes, et a fait savoir que ce dernier souhaitait le faire, selon le Post.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...