Vandalisme anti-palestinien: pneus crevés et murs tagués à Jérusalem-Est
Rechercher

Vandalisme anti-palestinien: pneus crevés et murs tagués à Jérusalem-Est

La police enquête après que 27 voitures ont été endommagées et des phrases du type ‘mort aux meurtriers’ ont été peintes sur les murs

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Une voiture vandalisée dans le quartier de Beit Hanin, à Jérusalem Est le 20 décembre 2018. (Autorisation)
Une voiture vandalisée dans le quartier de Beit Hanin, à Jérusalem Est le 20 décembre 2018. (Autorisation)

Jeudi, des résidents du quartier de Pisgat Zeev à Jérusalem ont signalé que les pneus de 27 voitures avaient été crevés et des slogans avaient été tagués en hébreu sur un mur a proximité, dans le dernier épisode en date de ce qui semble être des attaques racistes contre des Palestiniens et des Arabes israéliens.

Les expressions « mort aux meurtriers » et « nous ne dormirons pas quand le nom de Dieu est profané » ont été taguées dans le quartier arabe voisin de Bait Hanina.

Les images des caméras de sécurité dans le quartier montrent un suspect vêtu d’un sweat-shirt à capuche et muni un sac à dos qui se rapproche de voitures garées et crève les pneus de chaque voiture.

Un porte-parole de la police a déclaré qu’une enquête était ouverte sur l’incident et que des policiers cherchaient les coupables.

L’incident s’est produit après qu’une vingtaine de voitures ont eu leurs pneus crevés et que le mur d’une mosquée a été recouvert de graffiti dans le village palestinien de Yasuf tôt mardi.

L’inscription « Je ne peux pas m’endormir alors que du sang coule » a été taguée sur le mur d’une mosquée. Une voiture a aussi été recouverte du slogan « Juifs, réveillez-vous ».

Aucune arrestation n’a été effectuée.

Yasuf se situe au sud de Naplouse, dans une zone qui a souvent été le lieu de tensions très fortes entre les résidents d’implantations israéliennes et des Palestiniens.

Lundi, des résidents du village palestinien de Turmusaya ont rapporté que des résidents d’implantations voisines avaient abattu environ 100 de leurs oliviers. Les habitants de la ville du centre de la Cisjordanie, à proximité de l’implantation Adei Ad et de la nouvelle implantation Amichai, ont déclaré qu’il s’agissait de la quatrième attaque de ce genre en une semaine, avec près de 300 de leurs arbres détruits au total.

Les crimes racistes se sont produits alors que les Israéliens sont en colère après une série d’attaques terroristes en Cisjordanie, et alors que le gouvernement renforce les efforts pour démolir des maisons et expulser des familles de terroristes en réponse au terrorisme.

Des habitants d’un certain nombre d’implantations ont lancé des pierres sur des automobilistes palestiniens en réaction aux fusillades mortelles et aux attentat terroristes de la semaine dernière.

Afin d’étudier des moyens de faire baisser les tensions, Hussein al-Sheikh, un responsable de haut rang de l’Autorité palestinienne, a récemment rencontré le chef du Shin Bet, Nadav Argaman, et d’autres responsables israéliens de la sécurité, a annoncé lundi la chaîne publique Kan, citant plusieurs sources palestiniennes.

Des résidents d’implantations extrémistes ont souvent participé à des attaques contre des Palestiniens — souvent du vandalisme mais aussi parfois des violences physiques — en riposte à des attaques terroristes ou pour des actions du gouvernement israélien considérées comme hostiles au mouvement d’implantation.

De telles attaques ont augmenté en fréquence au cours des derniers mois.

La semaine dernière, la police a arrêté quatre adolescents israéliens suspectés d’avoir crevé des pneus et d’avoir écrit des messages racistes dans la ville israélienne arabe du nord à Yafia, près de Nazareth, il y a un mois et demi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...