Vandalisme anti-palestinien : pneus crevés et slogans haineux en Cisjordanie
Rechercher

Vandalisme anti-palestinien : pneus crevés et slogans haineux en Cisjordanie

10 voitures ont été prises pour cible ; la phrase "Exercez la vengeance sur les nations !" a été taguée

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Un graffiti trouvé sur les murs du village palestinien de Turmus Ayya, le 29 avril 2018 (Crédit :  Yesh Din)
Un graffiti trouvé sur les murs du village palestinien de Turmus Ayya, le 29 avril 2018 (Crédit : Yesh Din)

Les pneus de 10 véhicules ont été lacérés et des slogans de haine en hébreu ont été peints à la bombe dimanche sur les murs du village palestinien de Turmus Ayya, au cours de ce qui serait le 14ème crime de haine commis ce mois-ci en Cisjordanie.

Des photos du groupe de défense des droits de l’Homme Yesh Din ont montré la phrase extraite du livre biblique des Psaumes « Exercez la vengeance sur les nations » écrite à la bombe sur une barrière de pierres entourant une maison dans cette ville du centre de Cisjordanie, qui se trouve au sud de l’implantation israélienne de Shiloh.

Trouvés également à travers tout le village, les slogans « on va s’occuper d’eux » et « on va prendre notre destin entre nos mains », des slogans couramment utilisés lors de cette dernière série de crimes de haine présumés.

La police a fait savoir qu’elle avait été informée de l’attaque et qu’elle se préparait à entrer dans le village.

Une voiture dans le village palestinien de Turmus Ayya dont les pneus ont été lacérés lors d’un crime de haine présumé, le 29 avril 2018 (Crédit : Yesh Din)

Cet incident suit d’autres actes similaires de vandalisme commis dans le village d’Urif, au nord, vendredi et samedi, où 15 oliviers ont été arrachés, des slogans de haine en hébreu peints au spray et des pneus crevés.

Parmi les graffitis trouvés sur les lieux, « combattez l’ennemi » et « Prix à payer » – ce terme est utilisé par les auteurs de ces attaques pour qualifier ces dernières qui, selon eux, sont faites en représailles des violences palestiniennes ou des politiques gouvernementales perçues comme hostiles envers le mouvement pro-implantation.

L’attaque commise à Turmus Ayya fait monter le nombre total de tels crimes de haine contre les Palestiniens en Cisjordanie, ce mois-ci, à 14, avec notamment des dégradations perpétrées à Deir Ammar, Jalud, Ramun, Beit Iksa, Burqa, Burin, As-Sawiya and Luban a-Sharqiya, Aqraba et Faraata.

La police enquête sur ces attaques variées mais aucune arrestation n’a encore été signalée.

Ces attaques se sont manifestées par l’abattage de douzaines d’oliviers, à l’incendie d’une mosquée, à des fenêtres de voitures brisées par des pierres et à des graffitis appelant à la mort des Arabes.

Les habitants d’implantations israéliennes ont également subi des dégâts sur leurs biens mercredi lors d’une attaque qu’ils ont attribué aux Palestiniens. La police a déclaré avoir ouvert une enquête après que 150 souches de vigne appartenant à un résident de l’implantation de Tomer, dans la vallée du Jourdain, ont été arrachées.

La semaine dernière, les services de sécurité du Shin Bet ont livré des statistiques qui montrent une hausse significative des crimes de haine de l’extrême-droite contre les Palestiniens depuis le début de l’année 2018.

Un membre du secteur de la Défense a déclaré au Times of Israel que l’establishment sécuritaire considérait les habitants de l’implantation de Yitzhar, dans le nord de la Cisjordanie, comme les premiers responsables de cette hausse récente de tels incidents.

Cette ville d’approximativement 1500 résidents est devenue un « refuge pour les jeunes des collines » qui ont été impliqués la majorité de ce qu’on appelle les attaques de type « prix à payer » au cours de l’année passée, a fait savoir le responsable. Ces jeunes militants sont souvent appelés ainsi en raison de leur pratique visant à établir des avant-postes illégaux dans les collines de Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...