Veille de Pourim à Tel Aviv : 2 hommes arrêtés pour possession et vente de GHB
Rechercher

Veille de Pourim à Tel Aviv : 2 hommes arrêtés pour possession et vente de GHB

Les suspects comptaient distribuer le stupéfiant dans des bars et des clubs de Tel Aviv

Un homme menotté. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un homme menotté. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Deux hommes de Tel Aviv ont été arrêtés samedi pour possession et vente de GHB, une drogue dite du viol, a annoncé la police dans un communiqué.

Des perquisitions dans deux appartements de Tel Aviv ont permis de découvrir des dizaines de bouteilles qui contiendraient du GHB et d’autres drogues illégales, a déclaré la police, qui a ajouté que les suspects comptaient les distribuer dans des clubs et des bars de la ville.

Les arrestations ont eu lieu à la veille de la fête de Pourim, quand les bars, les pubs et les clubs sont généralement bondés.

Les deux hommes auraient une vingtaine d’années. L’un des suspects serait un Palestinien venant de Naplouse, en Cisjordanie.

L’année dernière, l’affaire d’un homme de Tel Aviv jugé coupable d’utilisation de GHB dans l’agression de plus d’une dizaine de femmes avait scandalisé les associations de défense des droits des femmes en Israël.

Au moins 11 femmes avaient porté plainte pour agression sexuelle contre Yaniv Nahman, décrivant toutes un rendez-vous avec le gestionnaire de portefeuilles dans un club, puis un réveil dans son lit le lendemain matin sans aucun souvenir de comment elles étaient arrivées là.

Dans le cadre d’un accord judiciaire, Nahman avait avoué un viol, et il a été condamné en décembre 2015 à six mois de travaux d’intérêts généraux au lieu des quatre à six années de prison qu’il risquait.

La cour du district de Tel Aviv avait expliqué la peine inhabituellement légère en partie parce que Nahman n’avait pas utilisé la force pour agresser ses victimes.

La sentence clémente avait scandalisé les victimes et les associations féministes qui avaient déclaré que la cour avait fondamentalement mal interprété la loi, et la gravité d’un viol et d’une agression sexuelle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...