Rechercher

Vidéo antisémite: peine allégée en appel pour Hervé Ryssen

Le militant d'extrême droite avait diffusé une vidéo qui '"exposait les raisons laissant penser que le peuple juif serait un peuple d'incestueux", selon le jugement du tribunal

Le militant d'extrême droite Hervé Lalin dit Ryssen. (Capture d'écran YouTube)
Le militant d'extrême droite Hervé Lalin dit Ryssen. (Capture d'écran YouTube)

Poursuivi pour avoir diffusé sur la plateforme YouTube une vidéo antisémite, le militant d’extrême droite Hervé Lalin, dit Ryssen, a vu sa peine réduite jeudi devant la cour d’appel de Paris à 4 mois de prison, aménageable en détention à domicile avec un bracelet électronique.

En première instance, en juin 2018, M. Lalin avait été condamné à un an de prison.

Dans cette vidéo de 36 minutes, mise en ligne le 10 juillet 2017 et intitulée « Les juifs, l’inceste et l’hystérie », « une voix off exposait les raisons laissant penser que le peuple juif serait un peuple d’incestueux », selon le jugement du tribunal de première instance.

Hervé Lalin avait été reconnu coupable de provocation publique à la haine en raison de l’origine et de diffamation. Il n’avait pas fait appel sur ce point mais seulement sur le quantum de la peine.

Ce militant d’extrême droite a déjà été condamné à de nombreuses reprises pour des propos antisémites.

En juin dernier, il avait ainsi été condamné à huit mois de prison sous bracelet électronique et 10 000 euros d’amende pour diffamation et provocation publique à la haine envers les juifs, en récidive, pour avoir republié sur son blog, le 12 mars 2020, la vidéo incriminée.

Hervé Lalin, ex-membre du Front National, qui se présente comme écrivain et réalisateur, a été condamné plus d’une quinzaine de fois pour des infractions similaires – diffamation, injure ou provocation à la haine en raison de la race ou de la religion.

Il a été condamné en mai en appel à un an d’emprisonnement dont six mois ferme, également à purger à domicile, pour contestation de crime contre l’humanité et injure antisémite notamment.

Incarcéré en septembre 2020 en exécution de trois peines prononcées entre 2017 et 2020, l’homme de 54 ans a été remis en liberté mi-avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...