Rechercher

Vienne/France : Marie Chagnon, décédée en 1988, reconnue Juste parmi les nations

En plus d’avoir hébergé la famille Marx en 1944, Marie Chagnon a aussi aidé de très nombreuses personnes à passer en zone libre

Marie Chagnon. (Crédit : Famille Chagnon)
Marie Chagnon. (Crédit : Famille Chagnon)

Marie Chagnon, décédée en 1988 à l’âge de 105 ans, était une habitante de Tercé dans la Vienne. Elle vient d’être reconnue Juste parmi les nations par le musée-mémorial de Yad Vashem, à Jérusalem, pour avoir, au péril de sa vie, hébergé une famille juive en 1944, a rapporté France 3 Régions.

Jules et Edwige Marx, et leur fils âgé d’une vingtaine d’années, Marcel, étaient originaires de Moselle.

Marcel s’était fait embaucher dans une usine non loin de Tercé, où il a rencontré Madeleine Chagnon, l’une des filles de Marie, qui est devenue sa femme quelques années plus tard.

Alors que des rumeurs annonçaient une rafle à Tercé et dans les environs, la mère de Madeleine, Marie, a décidé de les héberger dans une petite dépendance de sa maison. Dans le même temps, un employé de la mairie leur a fabriqué des faux papiers au nom de « Chabot ».

La famille est ainsi restée vivre là de mi-janvier 1944 jusqu’à la libération de Poitiers, huit mois plus tard.

En plus d’avoir hébergé les Marx, Marie Chagnon a aussi aidé de très nombreuses personnes à passer en zone libre.

Grâce aux efforts de Christian Richard, maire de Tercé, Yad Vashem a ainsi accédé à la demande de la reconnaître Juste parmi les nations.

À la fin des années 90, l’homme recevait l’appel d’un ancien combattant qui assure des permanences au musée de la commune. La fille de Marie Chagnon venait d’appeler ce dernier, lui demandant pourquoi le musée, qui narre la guerre à Tercé et qui fait état de la ligne de démarcation qui coupait la commune en deux, n’évoquait pas le nom de sa mère.

Il a alors pris note de son histoire, et a souhaité qu’elle devienne connue de tous, jusqu’à constituer un dossier pour Yad Vashem il y a une dizaine d’années. Une lettre du mémorial est finalement parvenue aux enfants de Marie Chagnon l’été dernier, leur informant que leur mère « serait faite Juste parmi les nations pour avoir aidé des Juifs à ses risques et périls ».

Si la date de la cérémonie n’a pas encore été annoncée, elle aura lieu dans la commune, en présence de la famille et de représentants de Yad Vashem et de l’État d’Israël.

La place de Tercé où se trouve le musée de la ville sera également baptisée « Marie Chagnon, Juste parmi les nations ».

Au 1er janvier 2021, 27 921 personnes de 51 pays ont reçu la distinction de « Juste parmi les nations » pour leur protection apportée à des Juifs pendant la Shoah. La Pologne, les Pays-Bas et la France sont les pays qui comptent le plus de médaillés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...