Rechercher

Viol par le beau-père avec consentement de la mère à Ramle : le couple mis en examen

Selon l'acte d'accusation, le couple a abusé sexuellement de la jeune fille à partir de l'âge de 11 ans pour provoquer une grossesse et obtenir des subventions

Illustration : Le poste de police de Ramle sur une photo non datée publiée par la police israélienne le 3 juillet 2022. (Crédit: Police israélienne)
Illustration : Le poste de police de Ramle sur une photo non datée publiée par la police israélienne le 3 juillet 2022. (Crédit: Police israélienne)

Les procureurs de l’État ont engagé des poursuites dimanche contre un homme qui aurait violé à plusieurs reprises sa belle-fille pendant plusieurs années dans l’intention de provoquer une grossesse, et contre sa mère, qui aurait approuvé ces actes.

Le couple, âgé d’une quarantaine d’années et résidant dans la ville de Ramle, dans le centre du pays, aurait commis ces viols sur une durée de trois ans, à partir de l’âge de 11 ans.

Selon l’acte d’accusation, la jeune fille était violée deux fois par semaine.

Dans certains cas, des violences graves ont été exercées sur l’enfant, tandis qu’à d’autres occasions, elle a été forcée de regarder du contenu pornographique.

Le couple a été inculpé de plusieurs délits, dont viol d’une mineure, actes indécents sur une mineure, abus et agressions.

L’accusée, qui a également été inculpée de viol sur mineur, était au courant des agressions en temps réel et a effectué des tests de grossesse sur sa fille, tout en suivant l’ovulation de l’enfant, selon l’acte d’accusation.

Selon les procureurs de l’État, la mère de la fillette était parfois chez elle au moment du viol et aurait entendu la fillette crier à l’aide.

La femme aurait menacé sa fille de la tuer si elle révélait qu’elle était victime de violences sexuelles. La fille a montré à sa mère l’argent que son beau-père lui donnait parfois après l’avoir violée, selon l’acte d’accusation.

Toujours selon l’acte d’accusation, les attaques du couple sur la jeune fille visaient apparemment à provoquer une grossesse afin d’obtenir des fonds de l’État pour leur permettre d’acheter une propriété et de payer d’autres dépenses, bien que le fonctionnement de ce plan ne soit pas clair.

Les procureurs ont demandé au tribunal de placer le couple en détention provisoire jusqu’à la fin de la procédure judiciaire.

Après l’arrestation du couple au début du mois, la police a déclaré avoir ouvert une enquête après avoir reçu un signalement des services sociaux.

Selon le site d’information Walla, l’affaire est parvenue aux services sociaux par l’intermédiaire du conseiller scolaire de la jeune fille, après que celle-ci a raconté à ses amis qu’elle avait été violée et qu’ils l’ont ensuite persuadée de le dire au conseiller.

Le reportage indique que la santé mentale de la jeune fille a décliné et qu’elle a été hospitalisée dans un établissement approprié.

Le couple accusé n’aurait pas d’enfants ensemble, mais la mère de la jeune fille a deux autres filles, qui n’auraient pas été violées par le beau-père.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...