Violence : Les enseignants des lycées annulent une grève prévue dimanche
Rechercher

Violence : Les enseignants des lycées annulent une grève prévue dimanche

Le syndicat enseignant israélien annule la grève après avoir reçu l'assurance du ministère de l'Education que la Knesset adoptera un projet de loi pour protéger les enseignants

lmage d'illustration d'une salle de classe vide (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
lmage d'illustration d'une salle de classe vide (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Le syndicat enseignant israélien a annulé vendredi une grève nationale dans les lycées programmée la semaine prochaine après avoir reçu la promesse du ministère de l’Education qu’il avancera une législation pour gérer les violences des élèves contre le personnel enseignant.

Les professeurs avaient organisé la grève après un incident survenu la semaine dernière après qu’un élève de la ville de la région bédouine de Tel Sheva, dans le sud du pays, a attaqué un enseignant avec un poteau en bois, lui faisant perdre connaissance et nécessitant des soins hospitaliers. Une plainte avait été déposée auprès de la police.

Dans une lettre annonçant l’annulation de la grève, le directeur du syndicat enseignant Ran Erez a expliqué que cette décision avait été prise après la réception d’une assurance écrite de la part de Shmuel Abuav, directeur-général du ministère de l’Education, que la Knesset accélérerait l’adoption d’une législation classant les enseignants comme fonctionnaires. Ce statut augmenterait la gravité des crimes commis à leur encontre.

« Je salue l’engagement du directeur-général à éliminer la violence et je demande au ministère de l’Education d’agir de manière décisive et d’une main forte contre tous ceux qui agissent avec violence contre un professeur en Israël », a déclaré Erez.

« Le syndicat des enseignants continuera à maintenir le statut des enseignants et leurs droits et suivra fidèlement la mise en oeuvre des obligations ministérielles à ce sujet », a-t-il ajouté.

Ran Erez (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Les professeurs organisaient d’ores et déjà des grèves sporadiques d’une journée dans des lycées choisis dans tout le pays concernant une demande de hausse de salaire.

Dans le passé, les enseignants ont déjà organisé des grèves locales suite à des incidents de violence scolaire, mais après l’agression survenue mercredi, le syndicat avait fait savoir qu’il souhaitait donner une nouvelle ampleur à ses actions.

Suite à l’annonce, le ministre de l’Education Naftali Bennett (HaBayit HaYehudi) avait indiqué qu’il oeuvrerait à augmenter la sévérité des sanctions contre ceux qui agressent des enseignants, avec notamment des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et l’expulsion des élèves violents de leurs écoles, avait fait savoir la Dixième chaîne.

Le syndicat des enseignants, qui représente les enseignants de lycée, souhaite voir une augmentation de salaire pour les nouveaux enseignants, qui atteindrait 8 000 shekels mensuels brut.

Ils perçoivent actuellement 6 400 shekels. Une augmentation de 600 shekels est également réclamée pour les enseignants ayant plus de sept ans d’expérience.

Tandis que Bennett a donné son soutien à la demande des professeurs concernant un meilleur salaire de départ, le ministère des Finances est moins désireux d’adopter le plan et il a négocié un compromis.

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...