Violentes protestations avant la destruction des maisons à Netiv Haavot
Rechercher

Violentes protestations avant la destruction des maisons à Netiv Haavot

4 policiers blessés dans l'avant-poste alors que des manifestants leur lancent des pierres, des bouteilles, de la peinture ; le processus d'expulsion risque de prendre des heures

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

  • Un policier est soigné par des médecins après avoir été agressé par des résidents lors de l'évacuation de l'avant-poste illégal de Netiv Haavot en Cisjordanie le 12 juin 2018. (Police d'Israël)
    Un policier est soigné par des médecins après avoir été agressé par des résidents lors de l'évacuation de l'avant-poste illégal de Netiv Haavot en Cisjordanie le 12 juin 2018. (Police d'Israël)
  • Des manifestants à l'avant-poste de Netiv Haavot dans la région du Gush Etzion en Cisjordanie pendant la démolition de l'une des 15 maisons construites illégalement, le 12 juin 2018. (Luke de Tress/Times of Israel)
    Des manifestants à l'avant-poste de Netiv Haavot dans la région du Gush Etzion en Cisjordanie pendant la démolition de l'une des 15 maisons construites illégalement, le 12 juin 2018. (Luke de Tress/Times of Israel)
  • Des policiers et des agents de la police des frontières à l'avant-poste de Netiv Haavot dans la zone du Gush Etzion en Cisjordanie lors de la démolition de 15 maisons construites illégalement, le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
    Des policiers et des agents de la police des frontières à l'avant-poste de Netiv Haavot dans la zone du Gush Etzion en Cisjordanie lors de la démolition de 15 maisons construites illégalement, le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
  • Un agent de la police des frontières demande à l'un des enfants résidents d'une maison, construite illégalement dans l'avant-poste de Netiv Haavot dans la zone du Gush Etzion en Cisjordanie, de quitter les lieux le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
    Un agent de la police des frontières demande à l'un des enfants résidents d'une maison, construite illégalement dans l'avant-poste de Netiv Haavot dans la zone du Gush Etzion en Cisjordanie, de quitter les lieux le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
  • Des résidents de l'avant-poste de Netiv Haavot en Cisjordanie quittent leur maison dans le calme avant la démolition ordonnée par le tribunal, le 12 juin 2018. (Jacob Magid/The Times of Israel)
    Des résidents de l'avant-poste de Netiv Haavot en Cisjordanie quittent leur maison dans le calme avant la démolition ordonnée par le tribunal, le 12 juin 2018. (Jacob Magid/The Times of Israel)
  • Des manifestants à l'avant-poste de Netiv Haavot, dans la zone du Gush Etzion en Cisjordanie, à l'intérieur d'une des 15 maisons construites illégalement peu avant leur démolition prévue, le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
    Des manifestants à l'avant-poste de Netiv Haavot, dans la zone du Gush Etzion en Cisjordanie, à l'intérieur d'une des 15 maisons construites illégalement peu avant leur démolition prévue, le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
  • Des manifestants à l'avant-poste de Netiv Haavot, dans la zone du Gush Etzion en Cisjordanie, sur le toit d'une des 15 maisons construites illégalement peu avant leur démolition prévue, le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
    Des manifestants à l'avant-poste de Netiv Haavot, dans la zone du Gush Etzion en Cisjordanie, sur le toit d'une des 15 maisons construites illégalement peu avant leur démolition prévue, le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
  • Des résidents se bagarrent avec les forces de sécurité dans l'implantation de Netiv Haavot, près de Bethléem, en Cisjordanie, le 12 juin 2018. (AFP PHOTO / Menahem KAHANA)
    Des résidents se bagarrent avec les forces de sécurité dans l'implantation de Netiv Haavot, près de Bethléem, en Cisjordanie, le 12 juin 2018. (AFP PHOTO / Menahem KAHANA)
  • Des manifestants à l'avant-poste de Netiv Haavot dans la région du Gush Etzion en Cisjordanie peu avant la démolition prévue de 15 maisons construites illégalement, le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)
    Des manifestants à l'avant-poste de Netiv Haavot dans la région du Gush Etzion en Cisjordanie peu avant la démolition prévue de 15 maisons construites illégalement, le 12 juin 2018. (Luke Tress/Times of Israel)

NETIV HAAVOT, Cisjordanie – La démolition ordonnée par le tribunal de 15 maisons dans l’avant-poste illégal de Netiv Haavot en Cisjordanie a pris une violente tournure mardi après-midi, avec au moins quatre policiers blessés qui tentaient d’évacuer la dernière maison, où des centaines de résidents pour la plupart adolescents s’étaient rassemblés pour entraver la démolition.

Quatorze des 15 maisons ont été démolies de manière relativement pacifique tout au long de l’après-midi, où la police ne s’est heurtée qu’à la résistance passive des manifestants. Dans la dernière maison, cependant, quelque 200 adolescents s’étaient barricadés à l’intérieur, sur le toit, au sous-sol et dans l’entrée. Pour empêcher l’entrée de la police, ils ont utilisé des clôtures de fil de fer, des planches de bois et des blocs de pierre.

Après que tous les manifestants ont été évacués de l’entrée, les agents ont commencé à expulser les adolescents qui attendaient à l’intérieur de la structure, quatre agents de police étant obligés de porter chaque manifestant un par un dans une procédure susceptible de prendre des heures.

La démolition des maisons aura lieu jeudi.

Un médecin sur les lieux a dit au Times of Israel que quatre officiers ont été blessés, dont deux ont été emmenés à l’hôpital. La police a déclaré qu’ils ont été violemment attaqués par les manifestants, qui ont lancé des pierres, des bouteilles, des balles de paintball et d’autres objets sur les forces de sécurité.

Des dizaines de manifestants sur le toit du bâtiment ont également harcelé la police et ont jeté de la peinture et de l’eau sur eux, tandis que des centaines d’autres regardaient les affrontements de l’extérieur de la structure.

Selon la déclaration de la police, deux policiers ont été soignés pour des blessures à la tête et un autre a été légèrement blessé à la jambe.

Selon la police, un certain nombre de manifestants se trouvant sur le toit ont également été aperçus portant des blocs de ciment et des bouteilles en verre.

Les députés du parti religieux pro-implantations HaBayit HaYehudi étaient présents à l’avant-poste pendant l’évacuation pour exprimer leur soutien aux manifestants.

Quelque 2 500 agents de la police des frontières ont été déployés pour veiller à ce que la démolition des maisons se fasse dans le calme.

Des policiers israéliens non armés ont procédé plus tôt à l’évacuation pacifique des familles des 14 premières maisons, les résidents à l’intérieur sortant de leur propre gré. Les parents ont serré leurs enfants dans leurs bras et se sont dirigés vers une navette qui les a conduits à leurs maisons préfabriquées sur une colline adjacente.

Les résidents de Cisjordanie étaient entourés de supporters enthousiastes.

Des officiers ont été déployés dans trois cercles entourant l’avant-poste, un quartier de l’implantation d’Elazar situé dans le bloc Etzion au sud de Jérusalem.

Des centaines d’adolescents des localités voisines du bloc d’Etzion, qui protestent contre la démolition, sont arrivés quelques heures avant les officiers mardi.

Quatre des adolescents ont été arrêtés par la police pour s’être battus avec des policiers, selon les reportages de la scène, et tous ont été relâchés peu de temps après.

Plusieurs dizaines de personnes se sont également rassemblées à l’entrée de Jérusalem pour protester contre la démolition, en brûlant des pneus et en bloquant la circulation, a déclaré la police.

Des manifestants bloquent une route près de l’entrée de Jérusalem pour protester contre la démolition de 15 maisons construites illégalement dans l’avant-poste de Netiv Haavot dans la zone de Gush Etzion en Cisjordanie, le 12 juin 2018. (Alexander Shachor)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...