Virus : le nombre d’heures de travail perdues en Israël dépasse la moyenne UE
Rechercher

Virus : le nombre d’heures de travail perdues en Israël dépasse la moyenne UE

Le ministère des Finances a fait état d'un taux de chômage de 15,4 % en 2020, contre 3,8 % en 2019

Des propriétaires de petites entreprises israéliennes protestent contre la gestion par le gouvernement de l'épidémie de coronavirus, à Tel Aviv, le 5 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)
Des propriétaires de petites entreprises israéliennes protestent contre la gestion par le gouvernement de l'épidémie de coronavirus, à Tel Aviv, le 5 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)

Le modèle de congé sans solde adopté par le ministère israélien des Finances, dans lequel les travailleurs sont mis en congé sans solde et ont droit à des allocations de chômage, s’est avéré plus préjudiciable au marché du travail que les programmes de travail à court terme ou les programmes de congé plus souples mis en œuvre par d’autres économies développées, comme le Danemark ou les Pays-Bas.

Israël a connu une baisse de 16,9 % des heures de travail au deuxième trimestre de 2020 – les dernières données disponibles – par rapport au même trimestre en 2019, alors que la moyenne de l’UE est de 14,4 %. En Turquie, la baisse a été de 31 %, en Espagne de 27 % et au Portugal de
26 %, selon la déclaration. Le Danemark n’a baissé que de 3,75 % et les Pays-Bas de 6,5 %.

Le ministère des Finances a présenté dimanche deux autres prévisions de croissance pour 2021 : l’une pour un scénario optimiste dans lequel la pandémie est maîtrisée grâce à une campagne de vaccination massive au cours du premier semestre 2021, et l’autre pour ce qui a été décrit comme un scénario pessimiste plus improbable qui prévoit que la maladie et les blocages économiques se poursuivront tout au long de l’année.

Dans le premier cas, le ministère prévoit un bond du PIB de 4,6 % cette année avec un taux de chômage de 8,6 %, et dans le second, l’économie ne croîtra que de 1,9 % cette année avec un taux de chômage de 11,6 %.

Le ministère a déclaré qu’il s’attendait à ce que l’économie en 2020 se soit contractée de 3,3 %, ce qui est mieux que les 4,15 % initialement prévus par l’OCDE, et inférieur à une contraction moyenne de 5,5 % pour les économies développées. Cela est dû à la position forte avec laquelle Israël est entré dans la crise du coronavirus, à la structure de son économie – qui est très axée sur la technologie, le tourisme ne représentant qu’une petite partie de ses activités – et aux mesures monétaires et fiscales prises qui « ont entraîné un impact limité sur le produit intérieur en comparaison avec d’autres pays », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Israël est entré dans la crise avec un taux de croissance de 3,4 % en 2019, un taux de chômage record de 3,8 % en moyenne et un ratio dette/PIB de quelque 60 %.

Au début de ce mois, la Banque d’Israël a prévu une contraction du PIB de 3,7 % pour 2020, et une croissance de 6,3 % en 2021 en supposant qu’un taux rapide d’inoculation se poursuive.

L’impact du virus sur les exportations, qui représentent une composante importante de l’économie, a été léger, a déclaré le ministère, alors que l’industrie de la haute technologie a prospéré pendant la crise, que les acteurs étrangers ont investi dans le secteur et que les exportations de services technologiques ont augmenté.

Cependant, l’impact principal de la pandémie a été sur le marché de l’emploi et la consommation locale, qui ont tous deux été plus touchés que dans les pays de l’OCDE, selon la déclaration.

Le taux de chômage général en 2020 devrait être de 15,4 %, contre 3,8 % en 2019, selon la déclaration, et la consommation privée pour les trois premiers trimestres de 2020 a diminué de 10,2 %, car des mesures d’immobilisation ont été imposées à l’économie et les citoyens ont dépensé moins, également en raison du taux de chômage élevé.

Le taux de chômage général a atteint un niveau record de 36,1 % lors du premier gel des salaires, en avril 2020 – y compris pour les chômeurs, les personnes en congé et les nouveaux chômeurs qui ne cherchent pas de travail.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...