Virus : Le taux de positivité chute à 1,8 %, le plus faible depuis juin
Rechercher

Virus : Le taux de positivité chute à 1,8 %, le plus faible depuis juin

630 nouveaux cas ont été confirmés jeudi en Israël ; 410 personnes sont dans un état grave, dont 190 sous respirateur

Une jeune fille est testée pour le coronavirus par un professionnel de la santé dans un centre de test COVID-19 installé sur un terrain de basket, à Ramat Gan, le 20 octobre 2020. (AP Photo/Oded Balilty)
Une jeune fille est testée pour le coronavirus par un professionnel de la santé dans un centre de test COVID-19 installé sur un terrain de basket, à Ramat Gan, le 20 octobre 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Le ministère de la Santé a déclaré vendredi matin que 1,8 % des 36 318 tests réalisés jeudi étaient revenus positifs. Il s’agit du taux de positivité le plus faible depuis juin.

La baisse générale du nombre de tests de dépistage effectués ces dernières semaines inquiète toutefois les autorités sanitaires. Jeudi, 630 nouveaux cas de coronavirus ont été confirmés, ce qui porte à 313 590 le nombre total de contaminations en Israël depuis le début de la pandémie.

Selon les chiffres du ministère, on compte 11 254 cas actifs en Israël, dont 410 patients en état grave. Parmi eux, 190 sont reliés à un respirateur. 101 personnes se trouvent dans un état modéré.

Trois décès ont été enregistrés pendant la nuit, ce qui porte à 2 511 le nombre total de victimes.

Le gouvernement a décidé vendredi matin d’autoriser la réouverture des synagogues dès dimanche, mais maintient les magasins fermés jusqu’au 8 novembre, au plus tôt.

Les synagogues étaient supposées restées fermées jusqu’au 15 novembre, selon le plan de déconfinement initial. Le nombre de fidèles sera toutefois limité à 10 en intérieur et 20 en extérieur.

La réouverture des magasins ayant pignon sur rue ne sera autorisée que lorsque les taux d’infections tomberont sous la barre des 500 par jour.

Si le nombre de cas quotidiens ne tombe pas en dessous de 500, les magasins ne rouvriront que le 15 novembre, la date initiale prévue dans le plan de déconfinement.

Des Juifs ultra-orthodoxes pendant la prière du matin dans une synagogue lors du confinement national de trois semaines pour freiner la propagation du coronavirus, à Bnei Brak, le 21 septembre 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Les centres commerciaux et les marchés devraient rester fermés, selon le site Ynet.

Le cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus a également décidé que les établissements hôteliers et locations de vacances pourront reprendre leurs activités des dimanche. Les séjours seront toutefois limités aux familles nucléaires, les piscines partagées et les réfectoires resteront fermés.

Le centre commercial Hadar fermé, à Jérusalem, le 12 octobre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/FLASH90)

Les salons de coiffure et instituts de beauté seront également autorisés à rouvrir dès dimanche. Les activités recevant un client unique à la fois pourront reprendre, comme les cours de conduite ou les leçons avec un coach sportif personnel, selon la Douzième chaîne.

Ronni Gamzu, le chargé du gouvernement pour la lutte contre le virus, a déclaré durant la réunion que sept villes au taux de contamination élevé – des villes arabes israéliennes pour la plupart – devront rester confinées. Il s’agit des villes de Taybeh, Kafr Kanna, Manar, Deir al-Asad, Kafr Kassem, Kafr Qara et I’billin.

Israël s’est reconfiné le 18 septembre, ce qui a permis de faire tomber le nombre d’infections mais a également paralysé l’économie et la vie publique et suspendu le système éducatif dans son ensemble.

Jeudi, le cabinet a décidé d’autoriser les classes du CP au CM1 à reprendre les cours. Les écoles sont fermées depuis le 18 septembre mais les lieux d’accueil de la petite enfance ont pu rouvrir le 18 octobre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...