Voitures incendiées et graffitis dans un village arabe de Cisjordanie
Rechercher

Voitures incendiées et graffitis dans un village arabe de Cisjordanie

Un message dit en hébreu : "La Terre d'Israël [appartient] au peuple d'Israël" ; la police se rendra à Faraata pour enquêter sur l'incident

Une voiture incendiée dans le village palestinien de Faraata, dans le nord de la Cisjordanie, lors d'un crime de haine présumé, le 4 août 2020. (Conseil municipal de Faraata)
Une voiture incendiée dans le village palestinien de Faraata, dans le nord de la Cisjordanie, lors d'un crime de haine présumé, le 4 août 2020. (Conseil municipal de Faraata)

Deux voitures ont été incendiées et des graffitis en hébreu ont été découverts mardi matin dans le village palestinien de Faraata, dans le nord de la Cisjordanie, a rapporté le groupe de gauche de défense des droits B’Tselem.

La police israélienne a déclaré que des agents se préparaient à se rendre dans le village, aidés par les forces armées, pour recueillir des preuves.

Les photos de la scène publiées par le conseil municipal montraient une voiture brûlée et des graffitis sur lesquels on pouvait lire : « La Terre d’Israël [appartient] au peuple d’Israël. »

Le groupe de défense des droits Yesh Din a indiqué avoir observé une période particulièrement violente de trois mois, de mars à mai, au cours de laquelle les villages palestiniens ont été pris pour cible à 44 reprises dans le cadre d’attaques dites du « Prix à payer », apparemment menées par des résidents juifs extrémistes.

Des graffitis sur un mur dans le village palestinien de Faraata, dans le nord de la Cisjordanie, dans un crime de haine présumé, le 4 août 2020. (Conseil communal de Faraata)

Parmi ces cas, 21 concernaient des violences contre des Palestiniens, tandis que les autres attaques visaient des biens, selon Yesh Din.

Quatorze des incidents ont eu lieu dans la région de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, dix ont été enregistrés dans la région de Ramallah dans le centre de la Cisjordanie et huit dans la région de Hébron dans le sud de la Cisjordanie.

Malgré des dizaines de crimes de haine ciblant des Palestiniens et leurs biens au cours de l’année dernière, les arrestations de suspects ont été extrêmement rares.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...