Rechercher

Voter contre les soldats ? Miri Regev persiste et signe

La députée a dénoncé la personne qui a divulgué l'enregistrements dans lequel elle a dit à ses collègues du Likud n'avoir aucun scrupule à renverser le gouvernement

La députée du Likud, Miri Regev, s’adresse aux médias après avoir témoigné devant la commission d’enquête de l’État sur la tragédie du mont Meron, le 24 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La députée du Likud, Miri Regev, s’adresse aux médias après avoir témoigné devant la commission d’enquête de l’État sur la tragédie du mont Meron, le 24 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La députée du Likud, Miri Regev, a déclaré mardi qu’il n’y avait pas lieu pour elle de présenter d’excuses suite à la divulgation d’une vidéo dans laquelle on l’entend dire que l’opposition devrait voter contre une loi en faveur des victimes de violence et des populations défavorisées.

Elle a ajouté que ses propos avaient été « sortis de leur contexte ».

« Je n’ai pas à présenter d’excuses », a assuré Regev.

Dans les enregistrements, la députée justifie cette tactique dans le cadre des menées de l’opposition pour faire tomber le gouvernement en lui refusant toute réalisation significative.

S’adressant aux médias mardi, Regev s’en est pris à celui ou celle qui a divulgué ces enregistrements.

« La personne qui devrait s’excuser est celle qui a pris part à la réunion du parti, l’a enregistrée pour, au final, sortir mes propos de leur contexte », a-t-elle déclaré.

Dans les enregistrements diffusés par la Douzième chaîne lundi, on entend la députée de droite tenir des propos controversés sur les victimes de viol, les femmes maltraitées et les soldats, à l’issue d’une réunion à huis clos du Likud. Les députés évoquaient la manière dont les membres du parti voteraient sur un projet de loi très attendu, proposé par la coalition, visant à couvrir en partie les frais de scolarité des anciens combattants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...