Rechercher

Voyeurisme : Un lieutenant-colonel de Tsahal face à 79 chefs d’accusation

Dan Sharoni, qui a été licencié, a été trouvé en possession de centaines de vidéos et de photographies de nu de ses subordonnées prises à leur insu

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le lieutenant-colonel Dan Sharoni, soupçonné d'avoir filmé secrètement ses soldates, sur une photographie non datée. (Crédit : Facebook)
Le lieutenant-colonel Dan Sharoni, soupçonné d'avoir filmé secrètement ses soldates, sur une photographie non datée. (Crédit : Facebook)

Les procureurs militaires ont inculpé mercredi un officier de Tsahal de 79 chefs d’accusation. Il aurait filmé des dizaines de ses subordonnées à leur insu, alors qu’elles étaient nues. Il aurait aussi recueilli des images sexuelles de soldates, ainsi que de certaines civils, pendant au moins huit ans.

L’acte d’accusation stipule que le lieutenant-colonel Dan Sharoni a utilisé diverses caméras cachées, dont certaines se trouvaient à l’intérieur de chargeurs de téléphone, pour filmer les soldates sous son commandement, les installant souvent dans leurs casernes et leurs douches. Il est aussi accusé d’avoir pris les téléphones des soldates pour des raisons apparemment inoffensives afin de les consulter pour voir s’ils contenaient des photos de nu ou intimes, puis de les copier sur son propre appareil.

L’acte d’accusation inclut les cas de 49 victimes, hommes et femmes, bien qu’il puisse y en avoir d’autres.

La majorité d’entre elles sont des soldates, mais il a également installé les appareils au domicile de personnes, y compris le sien, et a donc également filmé des civils. En outre, il a été accusé de pénétrer dans la chambre de certaines de ses victimes pendant leur sommeil et de se masturber tout en les filmant.

Des centaines de photographies et de vidéos de soldates et de civils, entièrement ou partiellement nues, ont été trouvées en possession de Sharoni au moment de son arrestation, a indiqué l’armée.

Dans de nombreux cas, Sharoni entretenait des relations étroites avec les victimes.

Sharoni a été démis de ses fonctions et a été maintenu en prison depuis son arrestation.

Dan Sharoni, un officier de Tsahal accusé de délits sexuels, apparaît au tribunal dans des images d’actualité diffusées le 24 novembre 2021. (Crédit : capture d’écran)

L’acte d’accusation a été déposé contre Sharoni mercredi devant un tribunal militaire spécial au siège de l’armée à Tel Aviv.

Sharoni fait face à 43 chefs d’accusation de violation de la vie privée, 30 chefs d’accusation d’atteinte à la pudeur, un chef d’accusation de tentative d’atteinte à la pudeur pour une affaire dans laquelle il a installé une caméra cachée dans la chambre d’une personne mais ne l’a finalement photographiée que tout habillée, trois chefs d’accusation de piratage illégal d’un ordinateur, un chef d’accusation d’entrave au travail d’un officier de la police militaire et un chef d’accusation de conduite indigne d’un soldat.

Selon l’acte d’accusation, Sharoni a commis ses crimes entre 2013 et 2021, alors qu’il servait dans trois unités différentes de l’armée.

« Tsahal considère les actions de l’officier avec sévérité, comme c’est le cas pour toute violation de nature sexuelle, et continuera à agir pour chasser ce phénomène de ses rangs », a déclaré l’armée dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...