Wallstrom ordonne une enquête sur les décès des Palestiniens
Rechercher

Wallstrom ordonne une enquête sur les décès des Palestiniens

La ministre des Affaires étrangères suédoise souhaite faire la lumière sur les décès des Palestiniens morts en menant des attaques

Margot Wallström, ministre suédoise des Affaires étrangères, dans son bureau à Stockholm, le 31 octobre 2014. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)
Margot Wallström, ministre suédoise des Affaires étrangères, dans son bureau à Stockholm, le 31 octobre 2014. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)

La ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, a ordonné une enquête pour déterminer si Israël a effectué des exécutions extrajudiciaires de Palestiniens, ont signalé des médias suédois, selon Reuters.

« Il est essentiel qu’il y ait une enquête crédible et approfondie sur ces décès afin de clarifier et apporter la possibilité de demander des comptes », a déclaré Mme Wallstrom au cours d’un débat parlementaire selon Reuters, qui a cité la source des médias locaux, TT.

Margot Wallstrom a plus tard dans la journée déclaré être l’amie d’Israël et de la Palestine.

Walstrom a fait cette déclaration lors des questions-réponses au Parlement, après que le député Jan Björklund lui a posé une question sur sa position perçue comme étant anti-Israël, a indiqué le journal suédois Världen Idag.

Wallstrom a nié avoir une position déséquilibrée envers Israël, en disant que la Suède est un ami à la fois d’Israël et de la Palestine, selon l’article.

Au cours du débat, Bjorklund a accusé Wallstrom de compliquer les liens entre Jérusalem et Stockholm en reconnaissant la Palestine.

Israël affirme que les commentaires de la ministre des Affaires étrangères suédoise aide la terreur

Le ministère des Affaires étrangères d’Israël a accusé la chef de la diplomatie suédoise Margot Wallstrom d’apporter son soutien au terrorisme, après qu’elle a appelé à l’ouverture d’une enquête sur d’éventuelles exécutions extrajudiciaires d’Israël pendant l’actuel cycle de violences avec les Palestiniens.

« Avec cette déclaration irresponsable et délirante, la ministre suédoise des Affaires étrangères donne son soutien au terrorisme et promeut ainsi la violence », a indiqué le ministère dans un communiqué.

En décembre, Netanyahu avait téléphoné à son homologue suédois Stefan Löfven pour se plaindre des commentaires Wallstrom dans lesquels elle accusait Israël d’avoir tué des Palestiniens illégalement.

S’adressant au Parlement suédois, elle avait déclaré à l’époque que la réponse d’Israël à la vague d’attaques palestiniennes au couteau et à la voiture bélier était « disproportionnée », et a semblé suggérer que la mort de nombreux terroristes lors de leurs attaques terroristes équivalait à des « exécutions extrajudiciaires ».

Le ministère des Affaires étrangères à Stockholm avait alors émis une clarification sur les remarques de Wallstrom suite au tollé, arguant que les propos de la ministre avaient été mal interprétés.

« La ministre des Affaires étrangères n’a jamais dit qu’Israël mènait des exécutions extrajudiciaires », a déclaré le bureau de Wallstrom. « La ministre des Affaires étrangères a fait une déclaration générale sur le droit international et le droit à la légitime défense, et l’importance de la proportionnalité et de la sagacité. Elle faisait allusion aux deux parties ».

Une déclaration commune de Löfven et Wallstrom a aussi affirmé que ses commentaires ont été déformés. « La ministre des Affaires étrangères n’a pas, comme allégué, dit que les exécutions extrajudiciaires se produisent en Israël », peut-on lire dans la déclaration.

La Suède fait partie des pays les plus critiques de la gestion par Israël du conflit avec les Palestiniens. Après les attentats du 13 novembre à Paris, où des terroristes ont tué 130 personnes, Wallstrom a affirmé que les attaques étaient enracinées dans la frustration des Musulmans au Moyen-Orient, y compris celle des Palestiniens.

La Suède a reconnu l’Etat de la Palestine le 30 octobre 2014, une décision qui a été largement critiquée par Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...