Rechercher

Washington accuse la Corée du Nord d’envoyer secrètement des obus à la Russie

Outre Pyongyang, Washington reproche à l'Iran de fournir des drones à la Russie, et se dit "préoccupé" par une possible livraison de missiles sol-sol iraniens à l'armée russe

John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)
John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)

Les Etats-Unis, qui accusent déjà l’Iran de soutenir militairement l’invasion russe de l’Ukraine, ont indiqué mercredi que la Corée du Nord envoyait des obus à la Russie, et ce, « de manière dissimulée ».

Pyongyang « fournit de manière dissimulée une aide à la guerre de la Russie contre l’Ukraine », a accusé mercredi John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, alors que par ailleurs la Corée du Nord a tiré mercredi au moins 23 missiles, faisant flamber les tensions dans la péninsule coréenne.

Il a évoqué un « nombre important » d’obus que la Corée du Nord expédie en « essayant de faire croire qu’ils sont envoyés au Moyen-Orient ou en Afrique ».

Le porte-parole a précisé lors d’un entretien avec la presse qu’à l’heure actuelle, Washington cherchait à savoir si cette aide militaire nord-coréenne avait bien été réceptionnée par les Russes.

« Nous ne pensons pas que les équipements que (le président russe Vladimir Poutine) reçoit ou va recevoir vont changer la donne sur le champ de bataille de manière tangible », a indiqué le conseiller.

Outre la Corée du Nord, les Etats-Unis reprochent à l’Iran de fournir des drones à la Russie, et se disent « préoccupés » par une possible livraison de missiles sol-sol iraniens à l’armée russe. Téhéran dément jusqu’ici toute aide militaire à la Russie.

L’épave de ce que Kiev a décrit comme un drone iranien Shahed abattu près de Kupiansk, en Ukraine, le 13 septembre 2022. (Crédit : Direction des communications stratégiques de l’armée ukrainienne via AP)

Sanctions

« Nous allons évidemment travailler avec nos alliés et partenaires à l’ONU pour voir quelles sanctions supplémentaires peuvent être mises en place » contre ces deux pays, a dit John Kirby.

Il n’a pas voulu dire si les Etats-Unis cherchaient concrètement à intercepter les livraisons iraniennes et nord-coréennes, et n’a pas donné non plus de détails sur les routes choisies pour les expédier.

Le conseiller a seulement indiqué que des pays du Moyen-Orient et d’Afrique pouvaient faire office d' »escales » pour les obus expédiés par la Corée du Nord.

John Kirby a estimé que cette aide nord-coréenne était certes révélatrice des choix de Pyongyang, mais aussi des « pénuries et besoins » de la Russie.

« Les mesures d’embargo et les sanctions affectent la base militaro-industrielle de M. Poutine et le forcent à chercher des sources extérieures pour des munitions et des équipements tels que les drones iraniens », a-t-il assuré.

Sur un autre sujet, celui de la dernière salve de missiles lancés par la Corée du Nord, le porte-parole a assuré que les Etats-Unis « condamnaient » cette initiative.

Il a en particulier qualifié de « dangereux » le tir d’un missile retombé près des eaux territoriales sud-coréennes.

John Kirby a critiqué au passage l’attitude de la Chine face à l’escalade déclenchée par le régime de Kim Jong Un.

« Nous avons dit à de nombreuses reprises que nous souhaiterions voir Pékin utiliser son influence sur Pyongyang de manière positive dans le processus de dénucléarisation de la péninsule coréenne. Mais nous ne constatons pas que Pékin exerce cette sorte d’influence », a-t-il déploré.

Washington et Séoul avertissent de manière répétée que Pyongyang pourrait effectuer un nouvel essai nucléaire qui serait le 7e de son histoire.

Et ce alors que les dirigeants des plus grandes puissance mondiales, dont le président américain Joe Biden, doivent se rendre en Asie dans quelques jours, dans le cadre du sommet du G20 organisé par l’Indonésie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...