Washington appelle à l’unité de ses alliés arabes face à l’Iran
Rechercher

Washington appelle à l’unité de ses alliés arabes face à l’Iran

La priorité de Washington est d'enrayer les menaces posées par l'Iran et des groupes extrémistes au Moyen Orient a réaffirmé le général Joseph Votel lors d'une réunion au Koweït

Le général de l'armée américaine Joseph Votel, commandant du Commandement central des États-Unis, témoigne lors d'une audience de la House Armed Services Committee au Capitole à Washington, DC, le 27 février 2018. (AFP/SAUL LOEB)
Le général de l'armée américaine Joseph Votel, commandant du Commandement central des États-Unis, témoigne lors d'une audience de la House Armed Services Committee au Capitole à Washington, DC, le 27 février 2018. (AFP/SAUL LOEB)

La priorité de Washington est d’enrayer les menaces posées par l’Iran et des groupes extrémistes au Moyen Orient, a réaffirmé mercredi le commandant des forces américaines dans la région, appelant à l’unité de ses alliés arabes, mise à mal par la crise autour du Qatar.

Le général Joseph Votel, à la tête du Commandement central de l’armée américaine (Centcom), s’exprimait lors de l’ouverture d’une réunion au Koweït en présence des chefs militaires de l’Arabie saoudite, de Bahreïn, des Emirats arabes unis, du Koweït, d’Oman, du Qatar, de Jordanie et d’Egypte.

“Nos priorités au Centcom n’ont pas changé », a dit le haut gradé américain, ajoutant qu’il fallait enrayer « les menaces sécuritaires » posées par « les actions déstabilisatrices de l’Iran et les organisations extrémistes violentes ».

Dans ce contexte, « il est impératif que nous améliorons et intégrons nos capacités, cela dans nos intérêts mutuels nationaux de sécurité », a-t-il affirmé.

« Rester ensemble, c’est la clé ici », a-t-il dit, ajoutant : « En tant que militaires professionnels, nous devons nous élever au-dessus de tous les autres aspects », notamment politiques.

« Nous devons faire face aux menaces ensemble » et « nous devons » tout faire pour éviter d’annuler des conférences de planification et des exercices militaires multilatéraux, a souligné le général Votel, sans donner plus de précisions.

Une grave crise diplomatique a éclaté le 5 juin 2017 dans le Golfe lorsque l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabes unis et l’Egypte ont rompu leurs relations avec le Qatar en accusant ce pays de soutenir des groupes islamistes radicaux et de se rapprocher de l’Iran, ce que Doha dément.

La crise n’a pas cessé depuis en dépit d’efforts de médiation des Etats-Unis et du Koweït.

L’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar font partie depuis 1981 du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Les chefs militaires de ces six monarchies se sont réunis lundi, également au Koweït, mais aucune déclaration n’a été publiée à l’issue de la réunion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...