Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Washington avertit qu’une « escalade » au Liban mettrait en péril la sécurité d’Israël

"Nous ne voulons pas d'une escalade […] qui nuirait considérablement à la sécurité et à la stabilité d'Israël dans la région", a déclaré le porte-parole du département d'État

De la fumée s'échappe du site d'une frappe aérienne israélienne qui a visé le village de Khiam, dans le sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 29 mai 2024. (Crédit : Rabih DAHER / AFP)
De la fumée s'échappe du site d'une frappe aérienne israélienne qui a visé le village de Khiam, dans le sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 29 mai 2024. (Crédit : Rabih DAHER / AFP)

Les États-Unis ont mis en garde mercredi contre une « escalade » au Liban, soulignant que cela mettrait en péril la sécurité d’Israël, en réaction aux propos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu selon lesquels Israël était « prêt pour une opération très intense » à sa frontière nord.

« Nous ne voulons pas d’une escalade du conflit qui ne ferait qu’entraîner de nouvelles pertes en vies humaines, tant chez les Israéliens que chez les Libanais, et qui nuirait considérablement à la sécurité et à la stabilité d’Israël dans la région », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’État, Matthew Miller, interrogé sur les déclarations de M. Netanyahu prononcées lors d’une visite dans le nord d’Israël.

Les échanges de tirs quotidiens entre l’armée israélienne et le Hezbollah libanais se sont intensifiés ces derniers jours, en pleine guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas palestinien, dont le Hezbollah est un allié.

Le porte-parole américain a cependant minimisé l’idée qu’une guerre avec le Liban serait imminente, en soulignant que « les déclarations du gouvernement israélien indiquant qu’il est prêt à mener une opération militaire, si nécessaire » ne signifient pas « qu’il a pris la décision de mener une opération militaire ».

« Nous sommes toujours convaincus qu’Israël préfère une solution diplomatique », a-t-il ajouté tout en disant comprendre la « situation intenable pour Israël » à sa frontière nord.

« Il y a des dizaines de milliers de citoyens israéliens qui ne peuvent pas retourner chez eux dans le nord d’Israël parce qu’ils ne sont pas en sécurité à cause des bombardements constants du Hezbollah et des attaques de drones dans la région », a affirmé M. Miller.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.