Washington intime aux Européens de l’aider à isoler Téhéran
Rechercher

Washington intime aux Européens de l’aider à isoler Téhéran

"Nous devons couper tout financement que le régime utilise pour financer le terrorisme et des guerres par procuration", a affirmé le chef de la diplomatie, Mike Pompeo

Mike Pompeo, directeur de la CIA, témoigne des menaces qui pèsent sur le monde entier lors d'une audience de la commission sénatoriale du renseignement au Capitole à Washington, DC, le 13 février 2018. (Crédit : AFP / SAUL LOEB)
Mike Pompeo, directeur de la CIA, témoigne des menaces qui pèsent sur le monde entier lors d'une audience de la commission sénatoriale du renseignement au Capitole à Washington, DC, le 13 février 2018. (Crédit : AFP / SAUL LOEB)

L’Union européenne doit soutenir les efforts des Etats-Unis pour isoler l’Iran sur le plan économique, a intimé jeudi à Bruxelles le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo en accusant de nouveau Téhéran de « financer le terrorisme ».

« Nous devons couper tout financement que le régime utilise pour financer le terrorisme et des guerres par procuration », a écrit sur Twitter M. Pompeo, qui participait à Bruxelles à une rencontre UE-USA sur l’énergie, organisée en marge du sommet de l’Otan.

« Nous demandons à nos alliés et partenaires de se joindre à notre campagne de pression économique contre le régime » de Téhéran, a-t-il ajouté dans un tweet accompagné d’une carte de l’Europe affichant une dizaine de lieux d' »attaques terroristes » à imputer depuis 1979 au groupe terroriste du Hezbollah libanais et à des agents iraniens, et donc à ses yeux « parrainées » par l’Iran.

Selon Mike Pompeo, l’Iran « continue d’envoyer des armes dans tout le Moyen-Orient, en violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ».

Le régime de Téhéran, soutient-il, « veut causer des ennuis partout où il le peut. C’est notre responsabilité d’arrêter cela ».

Ces déclarations sur le réseau social visent à accentuer la pression sur les Européens après la décision prise en mai par Washington de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015.

Après leur retrait, les États-Unis ont demandé à tous les pays de stopper complètement leurs importations de pétrole iranien d’ici le 4 novembre s’ils veulent éviter les sanctions visant l’Iran que Washington a décidé de rétablir.

De leur côté, les Européens, qui affirment leur attachement à l’accord, dialoguent avec l’Iran pour essayer de conserver l’adhésion de ce pays à ce pacte.

Par le biais de cet accord, que la cheffe de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini a toujours ardemment défendu, l’Iran s’engage à ne pas se doter de l’arme atomique en échange d’une levée des sanctions internationales à son encontre.

Mike Pompeo était en déplacement à Bruxelles comme plusieurs membres de l’exécutif américain à l’occasion d’un sommet de l’Otan.

Lors de ce sommet mercredi et jeudi le président Donald Trump a obtenu l’engagement des Alliés des Etats-Unis d’accélérer la cadence pour augmenter leurs dépenses militaires. Il s’est déclaré « très content » des résultats obtenus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...