Washington sanctionne un membre du Hezbollah accusé de l’attentat de l’Amia
Rechercher

Washington sanctionne un membre du Hezbollah accusé de l’attentat de l’Amia

"Nous ciblons Salman Raouf Salman, qui a coordonné une attaque dévastatrice à Buenos Aires contre le plus grand centre juif [du continent]", a déclaré le sous-secrétaire au Trésor

Le centre communautaire juif AMIA à Buenos Aires, en Argentine, site d'un attentat terroriste qui a fait 85 morts et des centaines de blessés en 1994. (Crédit : andy sternberg/CC BY/Flickr)
Le centre communautaire juif AMIA à Buenos Aires, en Argentine, site d'un attentat terroriste qui a fait 85 morts et des centaines de blessés en 1994. (Crédit : andy sternberg/CC BY/Flickr)

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi des sanctions contre un responsable du mouvement terroriste chiite libanais du Hezbollah soupçonné d’avoir coordonné l’attentat à la bombe commis en 1994 à Buenos Aires contre la mutuelle juive argentine Amia, qui avait fait 85 morts.

« Nous ciblons Salman Raouf Salman, qui a coordonné une attaque dévastatrice à Buenos Aires, en Argentine, contre le plus grand centre juif d’Amérique du Sud il y a 25 ans », a déclaré Sigal Mandelker, sous-secrétaire au Trésor chargé de la lutte contre le terrorisme, dans un communiqué.

« Cette administration continuera de cibler les terroristes du Hezbollah qui organisent des opérations meurtrières horribles et tuent sans discernement des civils innocents au nom de ce groupe violent et sous le patronage iranien, » a-t-elle ajouté.

Dans le même temps, le département d’Etat américain a annoncé qu’une récompense allant jusqu’à 7 millions de dollars était offerte pour toute information permettant de localiser Salman Raouf Salman.

Selon le Trésor, cet homme, qui pourrait disposer des nationalités colombienne et libanaise, continuerait de diriger des opérations terroristes sur le continent américain pour le compte du Hezbollah.

« Les Etats-Unis continueront à travailler avec le gouvernement argentin et nos amis de la région et du monde pour faire en sorte que les membres du Hezbollah (…) ne commettent plus de nouveaux attentats qui servent les intérêts nuisibles de l’Iran », a-t-il poursuivi.

Le secrétaire d’État américain Michael Pompeo lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 20 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Arrivé la veille au soir à Buenos Aires, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a commémoré vendredi matin le 25e anniversaire de l’attentat contre l’immeuble abritant les institutions juives d’Argentine.

Devant le bâtiment reconstruit à l’identique, il a allumé une chandelle aux côtés du président de l’Amia (Association mutuelle israélite argentine) Ariel Eichbaum, qui a demandé à la communauté internationale de « l’aide pour retrouver les responsables et les traîner devant la justice ».

« Nous n’avons pas oublié et nous n’oublierons jamais », a déclaré M. Pompeo. Ce n’était pas « seulement une attaque contre la communauté juive d’Argentine mais contre la démocratie, la liberté et la société argentine ».

Le pays sud-américain avait gelé jeudi les avoirs du mouvement chiite libanais, 25 ans jour pour jour après cet attentat, le pire jamais commis en Argentine, qui avait fait 85 morts et 300 blessés.

La justice argentine et Israël affirment que l’Iran a ordonné cet attentat et qu’il a été exécuté par des hommes du Hezbollah, de même que celui de 1992 contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires, qui avait fait 29 morts et 200 blessés.

L’Argentine a émis sans résultat des mandats d’arrêt internationaux contre des Iraniens qu’elle accuse d’implication dans l’attentat.

« L’action d’aujourd’hui souligne que le Hezbollah est avant tout une organisation terroriste, en dépit de ses tentatives pour se présenter, à tort, comme une entité politique légitime », a également réagi le Trésor américain.

« Avant les attentats du 11 septembre 2001, le Hezbollah était le groupe terroriste responsable du plus grand nombre de morts aux Etats-Unis », a-t-il également accusé.

Le Trésor affirme en outre que Salman Raouf Salman a joué « un rôle direct dans un complot terroriste visant des civils innocents au Chili et au Pérou, qui a été interrompu avec succès par les services de sécurité ».

Selon un responsable américain, le terroriste présumé se trouverait « quelque part au Moyen-Orient ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...