Rechercher

Washington table sur une nouvelle rencontre entre Israël et des pays arabes

La réunion se tiendrait "probablement dans le premier trimestre" de l'année 2023 et réunirait les chefs de la diplomatie des pays ayant participé à la rencontre au Sommet du Neguev

À l'issue de leurs discussions au Forum du Néguev, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdullatif bin Rashid al-Zayani, à gauche, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, le Cheikh Abdullah ben Zayed al-Nahyan, à Sde Boker, en Israël, le 28 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Jacquelyn Martin/Pool)
À l'issue de leurs discussions au Forum du Néguev, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdullatif bin Rashid al-Zayani, à gauche, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, le Cheikh Abdullah ben Zayed al-Nahyan, à Sde Boker, en Israël, le 28 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Jacquelyn Martin/Pool)

Les Etats-Unis tablent sur une réunion l’année prochaine entre Israël et plusieurs pays arabes, a indiqué mardi un haut responsable américain, ajoutant espérer que le Premier ministre israélien désigné Benjamin Netanyahu donne des signaux positifs.

La réunion se tiendrait « probablement dans le premier trimestre » de l’année 2023 et réunirait les chefs de la diplomatie des pays ayant participé au Sommet du Néguev en mars dernier, a affirmé le haut responsable sous le couvert de l’anonymat.

La rencontre avait réuni les Etats-Unis, Israël et les pays arabes ayant normalisé leurs relations avec l’Etat hébreu: les Emirats arabes unis, le Maroc, Bahreïn et l’Egypte.

Les Emirats, Bahreïn et le Maroc ont noué des liens avec Israël en 2020, sous l’impulsion de l’administration américaine de Donald Trump, dans le cadre d’accords dits d’Abraham.

Ces accords ont rompu avec des décennies de consensus arabe conditionnant l’établissement de relations avec Israël à un règlement du conflit israélo-palestinien et du retrait israélien des territoires palestiniens.

Or, selon le haut responsable américain, M. Netanyahu « tient ces accords à cœur et j’imagine qu’il va vouloir les faire progresser ».

Mais « de ce que fera ou pas Israël dépendra le fait de savoir s’il sera plus difficile ou plus facile pour ces pays de s’engager davantage, sans parler d’amener de nouveaux pays à y participer », a-t-il dit.

Début décembre, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait prévenu que les Etats-Unis s’opposeraient à l’établissement de nouvelles implantations par le prochain gouvernement israélien en Cisjordanie.

Le président américain Joe Biden s’était rendu en Israël et dans les Territoires palestiniens en juillet dernier, sans obtenir d’avancées particulières.

Arrivé en tête des législatives du 1er novembre avec ses alliés d’extrême droite et ultra-orthodoxes, Benjamin Netanyahu a été désigné le 13 novembre pour former un gouvernement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.