Waze au coeur de la polémique
Rechercher

Waze au coeur de la polémique

L'application israélienne GPS établit des détours pour éviter aux automobilistes israéliens des trajets à Jérusalem Est

Capture d'écran d'une vidéo Waze. (Crédit : Waze/YouTube)
Capture d'écran d'une vidéo Waze. (Crédit : Waze/YouTube)

L’application israélienne Waze se trouve au coeur d’une polémique à Jérusalem rapporte Le Figaro.

Cette application GPS a mis en place des paramètres afin d’éviter aux usagers de passer par certains quartiers de Jérusalem Est.

Cette application créée par des entrepreneurs israéliens, puis rachetée en 2013 par Google a du s’adapter à la spécificité israélienne.

Invoquant des raisons de sécurité, certains territoires sont interdits ou dangereux pour les Israéliens.

Ainsi dans la version israélienne, les réglages permettent aux Israéliens de configurer l’application pour que les trajets proposés évitent les zones A et B de la Cisjordanie qui sont sous contrôle de l’Autorité Palestinienne.

Les Israéliens ne sont pas autorisés à entrer dans ces territoires.

Cette restriction ne concernait que la Cisjordanie. Après avoir récemment reçu des plaintes d’automobilistes ayant traversé des villages arabes du côté de Jérusalem Est, l’application a décidé d’élargir ces paramètres de restriction.

Pour des raisons de sécurité, Waze propose dorénavant des détours évitant des quartiers tels que Silwan ou encore Wadi al-Joz qui se situent du côté de Jérusalem Est.

L’application explique qu’elle travaille en collaboration avec la police sur place. Cependant cette nouvelle n’a pas été bien accueillie par la municipalité de Jérusalem.

Arieh King, adjoint municipal, a dénoncé une partition de la ville.

Cette controverse est une nouvelle occasion pour remettre en cause l’indivisibilité de la ville, principe établi à l’issue de la guerre de 1967.

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat a ainsi déclaré : « J’ai demandé aux dirigeants de Waze de modifier les paramètres et de ne pas transformer leur application en instrument politique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...