World Vision auditerait l’aide versée à Gaza et doute que le Hamas a empoché des millions
Rechercher

World Vision auditerait l’aide versée à Gaza et doute que le Hamas a empoché des millions

Après l’inculpation par Israël d’un Gazaoui qui aurait fait passer des dizaines de millions aux terroristes, l’organisme humanitaire dit qu'il va examiner toute preuve d'abus ; le Hamas nie les accusations

Une photo prise le 4 août 2016, qui montre les bureaux de l'ONG chrétienne basée aux Etats-Unis, World Vision, à Jérusalem-est (Crédit : AFP PHOTO/AHMAD GHARABLI)
Une photo prise le 4 août 2016, qui montre les bureaux de l'ONG chrétienne basée aux Etats-Unis, World Vision, à Jérusalem-est (Crédit : AFP PHOTO/AHMAD GHARABLI)

Jeudi, l’organisme de bienfaisance a expliqué avoir des doutes quant aux accusations portées par Israël sur l’un de ses travailleurs humanitaires palestiniens qui aurait détourné des millions de dollars pour financer le Hamas dans la bande de Gaza.

Wolrd Vision a insisté sur le fait qu’il effectue régulièrement des vérifications et des évaluations pour s’assurer que l’aide financière à destination de l’enclave côtière parvienne bien à ceux qui en ont besoin.

Muhammad Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de World Vision à Gaza, a été inculpé par un tribunal de Beer Sheva plus tôt ce jeudi pour un certain nombre de charges liées à la sécurité, pour son rôle présumé dans l’affaire.

Il a été arrêté le 15 juin dans une opération conjointe entre le Shin Bet, Tsahal et la police israélienne au passage d’Erez en provenance d’Israël et vers Gaza alors qu’il tentait de retourner dans la bande.

« Sur la base des informations dont nous disposons à l’heure actuelle, nous n’avons aucune raison de croire que les allégations sont vraies », a déclaré World Vision International dans un communiqué portant sur l’acte d’accusation.

« Les programmes à Gaza ont fait l’objet de vérifications régulières internes et indépendantes, des évaluations indépendantes, et d’un large éventail de contrôles internes visant à garantir que les actifs atteignent leurs bénéficiaires et sont utilisés dans le respect des lois applicables et les exigences des bailleurs de fonds », a déclaré l’organisme de bienfaisance.

L’argent – on estime le détournement à 60 % du budget total de l’organisme – aurait été utilisé pour acheter des armes, creuser des tunnels et construire des installations militaires pour le Hamas, selon les enquêteurs.

Les bureaux de l'ONG chrétienne basée aux Etats-Unis World Vision, à Gaza Ville, le 4 août 2016 (Crédit : AFP/MOHAMMED ABED)
Les bureaux de l’ONG chrétienne basée aux Etats-Unis World Vision, à Gaza Ville, le 4 août 2016 (Crédit : AFP/MOHAMMED ABED)

« World Vision a été choqué d’apprendre ces accusations portées contre Mohammad », a déclaré World Vision.

« Nous allons examiner attentivement toute preuve qui nous sera présentée et nous prendrons les mesures appropriées en fonction de ces éléments de preuve. Nous continuons d’appeler à un procès équitable pour Mohammad ».

Le porte-parole du Hamas Sami Abu Zuhri a nié les « fausses accusations », déclarant à l’AFP que le mouvement n’avait « aucune relation » avec Halabi.

Khalil al-Halabi, le père de Mohammed, a également déclaré à l’AFP que son fils n’avait « aucune relation avec le Hamas ou toute organisation palestinienne ».

Le Major général de Tsahal, Yoav Mordechai, chef du corps militaire qui coordonne l’activité civile israélienne en Cisjordanie et à Gaza, devait rencontrer le président de World Vision jeudi soir pour lui présenter les conclusions.

World Vision travaille en collaboration avec les Nations unies, qui mettent souvent en œuvre ses projets.

L’ONU a déclaré qu’elle était « au courant des allégations très graves » et suivrait l’affaire.

L’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Danny Danon, a appelé l’ONU à exercer un contrôle accru sur ses programmes d’aide à Gaza pour veiller à ce qu’ils ne soient pas exploités par des groupes terroristes.

« Une organisation qui a reçu le soutien de l’ONU a été attrapée en train de financer le terrorisme », a-t-il reproché dans un communiqué. « L’ONU doit veiller à ce que d’autres organisations soutenues par la communauté internationale n’aident pas les terroristes ».

Muhammad Halabi, membre du Hamas et directeur de World Vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 pour avoir détourné des millions de dollars de l'association au profit de l'organisation terroriste. (Crédit : Shin Bet)
Muhammad Halabi, membre du Hamas et directeur de World Vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 pour avoir détourné des millions de dollars de l’association au profit de l’organisation terroriste. (Crédit : Shin Bet)

Le groupe d’aide a noté qu’il « souscrit aux principes humanitaires d’impartialité et de neutralité et rejette donc toute implication dans des activités politiques, militaires ou terroristes et maintient son indépendance en tant qu’agence d’aide humanitaire engagée à servir les pauvres, en particulier les enfants ».

Cependant, le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan a suggéré que l’organisme était d’une certaine manière au courant que la branche militaire du Hamas bénéficiait de ses dons.

« Je suppose que dans l’organisation World Vision, qui est très anti-israélienne, ils ont fermé les yeux », a déclaré Erdan à la radio de l’armée.

Le Hamas, qui dirige de facto la bande de Gaza, a une grande puissance sur les ressources économiques et matérielles de l’enclave côtière.

Halabi, membre du Hamas depuis sa jeunesse, avait été choisi pour infiltrer l’organisation caritative internationale en 2005 dans le but de voler de l’argent pour l’organisation terroriste, selon l’enquête.

Sur une période de plusieurs années, environ 40 % des fonds de World Vision pour des projets civils – 1,5 million de dollars par an – ont également été donnés aux milices armées du Hamas en espèces, selon le Shin Bet, ainsi qu’environ 4 millions de dollars par an qui étaient désignés pour aider les personnes dans le besoin.

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 31 juillet 2016 (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool/Flash90)
Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 31 juillet 2016 (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool/Flash90)

« Les liens qui ont été découverts aujourd’hui font partie d’un phénomène beaucoup plus répandu et très grave », a déclaré Erdan, selon la radio militaire.

« Israël ne permettra pas cela, et nous allons prendre des mesures contre ces organisations et leurs militants », a-t-il affirmé. « Nous attendons des pays donateurs et des organisations internationales qu’ils vérifient soigneusement la destination de l’argent ».

World Vision est un organisme de bienfaisance chrétien évangélique créé en 1950 qui opère dans près de 100 pays à travers le monde. Aujourd’hui, c’est l’une des plus grandes organisations humanitaires à être basées aux États-Unis, avec un budget d’environ 2,6 milliards de dollars et près de 50 000 employés. L’organisme opère en Israël, en Cisjordanie et à Gaza depuis les années 1970.

Une déclaration de 2015 sur le site Web de World Vision rapportait que l’organisme a fourni un appui à environ 90 000 personnes à Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...