Yad Vashem annonce le lancement d’un nouveau cycle de conférences en français
Rechercher

Yad Vashem annonce le lancement d’un nouveau cycle de conférences en français

Au programme des prochains mois : des conférences autour de l’antisémitisme, de l’art et de la création, et de la Shoah en Afrique du Nord

Une cérémonie italienne à Yad Vashem, à l'occasion de la Journée Internationale de l'Holocauste, le 27 janvier 2016. (Crédit : Rossella Tercatin/The Times of Israel)
Une cérémonie italienne à Yad Vashem, à l'occasion de la Journée Internationale de l'Holocauste, le 27 janvier 2016. (Crédit : Rossella Tercatin/The Times of Israel)

Depuis le printemps dernier et le confinement en Israël, en France et partout dans le monde, Yad Vashem organise des conférences en français sur Zoom.

Après une pause, les conférences ont repris ce mois-ci, désormais un mardi sur deux (sauf exception).

Pour ces rendez-vous bi-mensuels, l’institution israélienne fait appel à des experts francophones de Yad Vashem, des rescapés de la Shoah et des intervenants extérieurs.

Au programme ce mois-ci : « La vague antijuive d’aujourd’hui comparée aux autres vagues depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale » le 25 octobre à 17h (heure française) avec Simon Epstein, docteur en sciences politiques et historien ; « Charlotte Salomon (Berlin 1917 – Auschwitz 1943) : identité brisée – identité retrouvée » le 10 novembre à 19h avec Eliad Moreh-Rosenberg, du Musée d’art de la Shoah et directrice du département artistique de la division des musées de Yad Vashem ; « ‘La trilogie du ghetto’, inspirée de faits réels, qui raconte l’histoire du théâtre du ghetto de Vilnius lors de l’occupation de la Lituanie par les nazis », le 24 novembre à 19h avec Joshua Sobol, auteur, dramaturge et metteur en scène.

Deux conférences en ligne sont également prévues en décembre : « Les Juifs d’Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale » le 8 à 17h ; et « L’histoire des Juifs de Tunisie pendant la Shoah » le 22 à 17h.

« À nouveau soumis à de lourdes restrictions sanitaires actuellement en vigueur en Israël, Yad Vashem est loin de vouloir renoncer à ses missions de transmission et d’enseignement de la Shoah », écrit le mémorial-musée de Jérusalem. « Et si les visites en présentiel ne sont désormais pas de mises, c’est par le biais des technologies numériques que l’institution part à la rencontre de ses amis à travers le monde. »

« Se souvenir du passé, pour forger l’avenir. Tel est le crédo de Yad Vashem, qui s’emploie à faire de la mémoire de la Shoah un rempart contre les inepties d’un monde en perte de repères. S’instruire pour mieux construire, et toujours, sans jamais faiblir, raviver la flamme du souvenir. »

Les anciennes conférences et le programme complet sont à retrouver sur le site de Yad Vashem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...