Yair Netanyahu a hurlé que le patron de Bezeq ne respecte pas le pacte – média
Rechercher

Yair Netanyahu a hurlé que le patron de Bezeq ne respecte pas le pacte – média

Un média cite le témoin de l'Etat Nir Hefetz, qui a déclaré que Yair Netanyahu a dû être escorté hors de la salle par son avocat après avoir interrompu une réunion officielle

Yair Netanyahu, fils aîné du Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 5 juin 2018. (Flash90)
Yair Netanyahu, fils aîné du Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 5 juin 2018. (Flash90)

Un ancien proche conseiller du Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait dit aux enquêteurs de la police que le fils du Premier ministre avait un jour interrompu une réunion officielle pour se plaindre qu’un magnat israélien des télécommunications ne faisait pas sa part dans une entente prétendument illégale avec le Premier ministre.

Nir Hefetz, qui était le porte-parole le plus digne de confiance de la famille Netanyahu, est devenu l’année dernière témoin de l’Etat dans une série d’enquêtes pour corruption impliquant le Premier ministre.

L’une des enquêtes dans laquelle Hefetz a témoigné est l’affaire 4000, qui porte sur des soupçons que Netanyahu a accepté de faire avancer une réglementation bénéficiant financièrement à Shaul Elovitch, actionnaire majoritaire de Bezeq, en échange d’une couverture flatteuse de son site d’information Walla.

Selon un reportage de la Treizième chaîne, Hefetz a déclaré dimanche que Yair Netanyahu avait fait irruption lors d’une réunion à la résidence du Premier ministre pour crier que Elovitch « ne fournit pas la marchandise, malgré tous les avantages qu’il a reçus » du Premier ministre.

Yossi Cohen, l’avocat de Sara Netanyahu, arrive au tribunal de première instance de Jérusalem, le 7 octobre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Hefetz aurait dit que Yair Netanyahu avait continué à hurler jusqu’à ce que Yossi Cohen, son avocat, se lève et l’escorte hors de la pièce.

Le rapport indique que Yair Netanyahu, qui a été interrogé dans cette affaire, a nié l’incident devant les enquêteurs de la police.

« Il faut 10 minutes à Yossi Cohen, qui est handicapé, pour se lever. Est-ce qu’il vous semble probable qu’il pourrait me faire sortir d’une pièce ? » aurait-il dit.

Cohen, qui représente également l’épouse du Premier ministre, Sara, a été blessé pendant son service militaire.

Yair Netanyahu a démenti le reportage et a qualifié sur Twitter le reporter de la Treizième chaîne, Aviad Glickman, avec qui il est en conflit, de « hibou ».

Le procureur général Avichai Mandelblit a recommandé que Netanyahu fasse face à des accusations de fraude, abus de confiance et corruption dans l’affaire 4000, en attendant une audience. Il a également déclaré qu’il avait l’intention d’inculper M. Netanyahu, qui a nié avec vigueur tout acte répréhensible de fraude et d’abus de confiance dans deux autres affaires.

L’ancien porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Nir Hefetz, au premier plan, et l’actionnaire principal de Bezeq, Shaul Elovitch, lors d’une audience de prolongement de détention devant la cour des magistrats de Tel Aviv, le 26 février 2018. (Crédit : Flash90)

Dimanche également, la Douzième chaîne a publié des transcriptions du témoignage de Hefetz dans l’affaire 1000, dans laquelle Netanyahu et sa femme, Sara, ont accepté des cadeaux de riches donateurs – à savoir le magnat israélien d’Hollywood Arnon Milchan – en échange de faveurs.

La chaîne a rapporté que Hefetz a témoigné que Milchan lui avait dit que Netanyahu allait faire en sorte que le service de renseignement du Mossad l’emmène avec les hommes d’affaires indiens de Ratan Tata par hélicoptère pour rencontrer le roi de Jordanie. Le projet de création d’une zone de libre-échange près de la frontière israélo-jordanienne, dont Milchan aurait pu bénéficier personnellement, était en cours de discussion.

Une traduction de la transcription, telle que rapportée par la Douzième chaîne, est présentée ci-dessous :

Enquêteur : Y avait-il quelqu’un d’autre avec lui [Milchan] ?
Hefetz : Non, il était seul. Il est venu seul et m’a dit en détail qu’il se vantait vraiment… que Bibi [Netanyahu] s’arrangeait pour que l’hélicoptère lui permette de passer la frontière.

Êtes-vous entré, avez-vous participé à la réunion ?
Non, j’étais à l’extérieur et il [Milchan] est entré, sorti, entré, sorti, puis il est sorti content parce qu’il a dit que tout était arrangé [l’hélicoptère].

En ce qui concerne le projet, Milchan a-t-il mentionné en général son potentiel commercial ?
Il a parlé de centaines de millions de dollars ou d’euros.

Le projet en question était une proposition de 2009 pour Tata Motors, qui comprenait les marques Jaguar et Land Rover, de construire une usine d’assemblage automobile à faible volume en Cisjordanie, destinée à fournir des emplois qualifiés aux Palestiniens. Le plan d’un montant estimé à 250 millions de dollars, qui a été proposé dans le cadre d’une initiative de paix israélo-jordanienne, devait inclure un corridor de libre-échange vers Haïfa pour compenser les coûts logistiques plus élevés en Israël, a indiqué la compagnie.

« Le Premier ministre est soupçonné d’avoir tenté de faire pression sur l’accord à la demande de Milchan, contre l’avis des fonctionnaires du cabinet du Premier ministre et du ministère de la Défense », a déclaré la police dans sa recommandation de poursuivre Netanyahu en justice dans cette affaire.

La semaine dernière, la Douzième chaîne a publié des transcriptions de l’interrogatoire de Netanyahu sur la mise à disposition d’un hélicoptère pour Milchan, une séance au cours de laquelle il aurait eu du mal à répondre aux questions des policiers et répété qu’il ne se souvenait pas.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, son épouse Sara (au centre) et leur fils Yair aux côtés de l’actrice Kate Hudson lors d’un événement organisé au domicile du producteur Arnon Milchan (à droite), le 6 mars 2014. (Crédit : Avi Ohayon/GPO/Flash90)

En réponse aux reportages de dimanche, Netanyahu les a qualifiés de « fausses nouvelles » et s’en est pris à Glickman et Guy Peleg de la Douzième chaîne.

« Guy Peleg et Aviad Glickman, porte-paroles de la gauche qui se font passer pour des journalistes, ont simultanément publié ce soir de fausses nouvelles de la bouche d’un témoin de l’Etat qui a vendu tout mensonge pour se sauver de ses crimes », a-t-il écrit sur Twitter.

Le Premier ministre a accusé Glickman d’en vouloir à son fils pour avoir porté plainte contre lui, tandis que Peleg avait une dent contre lui parce que le jeune Netanyahu l’avait traité de « débile ».

« Leur campagne est absurde », a dit Netanyahu. « La considération de l’État est le seul intérêt que j’ai à l’esprit – et non le bénéfice d’un homme. »

L’acte d’accusation du Premier ministre est en attente d’une audience avec Mandelblit, le procureur général, qui est prévue pour les 2 et 3 octobre. Il nie tout acte répréhensible dans toutes les affaires et se dit victime d’une chasse aux sorcières politique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...