Rechercher

Yair Netanyahu échange des propos acerbes avec une présentatrice télé

Le fils du Premier ministre a qualifié Ofira Assayag de "bête vulgaire" parce qu’elle a interviewé une femme qui avait interrompu son père lors d'un discours

Yair Netanyahu, fils aîné du Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 5 juin 2018. (Flash90)
Yair Netanyahu, fils aîné du Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de première instance de Tel Aviv, le 5 juin 2018. (Flash90)

Yair Netanyahu, le fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a échangé des insultes avec une animatrice télé suite à un incident survenu le week-end dernier durant lequel son père a été très critiqué pour avoir réprimé une personne qu’il a qualifiée d’ « ennuyeuse » lors d’un discours prononcé dans le nord d’Israël.

Netanyahu s’exprimait mardi dernier à Kiryat Shmona pour inaugurer une nouvelle salle d’urgences médicales avec le vice-ministre de la Santé, Yaakov Litzman, lorsqu’une femme originaire de la localité, Orna Peretz, a interrompu son discours afin de protester contre la fermeture d’une autre salle dans la région.

Ses critiques ont fait écho à des plaintes fréquentes émanant de résidents du nord d’Israël. Ils se plaignent d’être les victimes de discriminations, et doivent parcourir de grandes distances pour se rendre dans des établissements médicaux de haut niveau.

En réponse, Netanyahu lui a dit : « Ecoutez, vous êtes tout simplement inintéressante. Vous nous ennuyez. Nous voulons discuter de choses qui nous intéressent. Revenez quand vous aurez quelque chose d’intéressant à dire. »

Au milieu des critiques, Netanyahu s’est ensuite défendu, affirmant que l’incident s’est déroulé à un moment de « douleurs profondes » car il venait d’apprendre la mort de son ami proche, l’avocat Yaakov Weinroth. Il a dit qu’il n’avait généralement aucun problème avec ses détracteurs, mais qu’il estimait que l’interruption de Peretz était « inappropriée ».

Peretz a ensuite été interviewée dans le très populaire talk-show israélien « Ofira et Berkovich » animé par Ofira Assayag et l’ancienne vedette du football Eyal Berkovich, diffusée le vendredi. À un moment de l’entretien, Assayag s’est tournée vers la caméra et a demandé : « Est-ce ainsi que le Premier ministre doit parler ? »

Cette question lui a valu une réponse cinglante sur Facebook, écrite par Yair Netanyahu, 27 ans, qui l’a qualifiée de “bête vulgaire”, et a sous-entendu qu’elle a avancé dans sa carrière professionnelle en raison d’une liaison avec un homme marié. Il faisait apparemment référence à la relation d’Assayag avec Eli Gutman, une personnalité du monde du sport israélien, qui a été très commentée dans les médias israéliens.

« La seule raison pour laquelle ‘Keshet’ [l’opérateur de radiodiffusion] diffuse cette émission, c’est à cause de l’incitation à la haine dirigée contre mon père et notre famille, ainsi que contre le public de droite », a déclaré Yair Netanyahu, ajoutant qu’Assayag était « faisait des courbettes à la gauche pour recevoir son appui. »

Ofira Assayag, à gauche, et Eyal Berkovic, à droite, lors de leur émission. (Crédit : capture d’écran)

Assayag a répondu sur Instagram en opposant Yair Netanyahu à son père – et en critiquant sa mère.

« C’est incroyable pour moi de voir l’énorme fossé qui sépare la haute intelligence, la vivacité d’esprit et l’éloquence du début de carrière d’un jeune Benjamin Netanyahu, et la paresse et l’ennui de Yair Netanyahu », écrit-elle. « À l’âge de 27 ans, son père commandait déjà une équipe [militaire] à la Sayeret Matkal dans des opérations audacieuses. Yair Netanyahu vit aux dépens du public, s’ennuie, est au chômage et s’exprime de manière insensée. »

« Il ne fait aucun doute qu’il a hérité des gènes de sa mère », a-t-elle conclu.

Yair Netanyahu a par la suite remplacé sa publication Facebook d’origine par une autre qui utilisait un langage relativement plus modéré : « Ofira ne semble pas satisfaite du temps d’antenne qu’on lui alloue chaque vendredi, elle n’a pas assez de temps pour répandre du poison contre moi, contre ma famille et contre la droite israélienne. »

Il a également écrit une réponse sèche au message publié par Assayag sur Instagram, affirmant qu’elle « risquait une poursuite en diffamation ». Il a aussi défendu sa mère en tant que « première épouse active d’un Premier ministre ».

« Peut-être que mon post vous a fait réfléchir à ce que je ressens quand je vois vos invectives à l’égard de mes parents… dans votre émission ! », a-t-il écrit.

Il a également précisé qu’il travaille. Cet été, Yair Netanyahu a été embauché comme responsable des réseaux sociaux pour le Shurat HaDin – Centre pour le droit israélien, une organisation non gouvernementale basée à Tel-Aviv, dont le but est de saper les organisations terroristes.

Samedi soir, Yair Netanyahu a écrit un autre post sur Facebook, affirmant qu’il n’avait fondamentalement « aucun problème avec les journalistes de gauche (même les plus radicaux)… uniquement avec ceux qui attaquent une femme et ses enfants, se livrent à des assassinats médiatiques… et ne semblent pas comprendre que les gens de l’autre côté, qu’ils essaient de détruire, sont littéralement des êtres humains qui ont des sentiments. »

Yair Netanyahu entretient des relations conflictuelles avec la presse israélienne et a été au centre d’un certain nombre de scandales ces dernières années, notamment pour son activité sur les réseaux sociaux. Il a été impliqué dans des publications controversées sur les réseaux sociaux car il a souvent pris à parti ses détracteurs et ceux de sa famille.

L’année dernière, il a été critiqué pour avoir publié une caricature truffée de codes apparemment antisémites, une façon d’atteindre les opposants à ses parents, notamment l’ancien Premier ministre Ehud Barak, l’avocat et militant du parti travailliste Eldad Yaniv, ainsi que Menny Naftali, ancien employé à la résidence du Premier ministre, qui a lancé des allégations d’actes répréhensibles à cause desquelles Sara Netanyahu est inculpée.

Capture d’écran du dessin animé, mettant en vedette George Soros, publiée par Yair Netanyahu, le 8 septembre 2017. (Crédit : Facebook)

Yair Netanyahu s’est même déjà fait remarquer au niveau international en affirmant dans un message que les groupes américains de gauche sont plus dangereux que les néo-nazis, à la suite des violences meurtrières de Charlottesville, en Virginie, pendant une manifestation d’extrême-droite. Des propos tenus au moment des déclarations controversées du président américain Donald Trump qui affirmait qu’au niveau de la violence, « les deux côtés étaient à blâmer ».

En janvier, des enregistrements où Yair Netanyahu était entendu en train de faire des commentaires désobligeants sur des femmes dans plusieurs clubs de strip-tease de Tel Aviv, ont été révélés.

Les enregistrements du jeune Netanyahu ont été publiés la chaîne israélienne Hadashot. On le voyait également en train d’essayer de négocier, apparemment en plaisantant, un accord sur le gaz d’une valeur de plusieurs milliards de dollars avec le fils d’un magnat du secteur, afin d’obtenir de l’argent pour se payer les services de strip-teaseuses.

Yair Netanyahu est également impliqué dans un litige avec le groupe de réflexion de gauche Molad. Les deux parties se poursuivent mutuellement pour diffamation.

L’affaire a débuté en août dernier, lorsque Molad a écrit sur Facebook, à propos du fils du Premier ministre, un billet peu flatteur intitulé « Cinq choses que vous ignoriez sur Yair Netanyahu ». Netanyahu a alors qualifié le groupe de « radical » et « anti-sioniste », ce qui a conduit à une poursuite en diffamation initiée par Molad puis à une contre-poursuite engagée par Yair Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...