Rechercher

Yémen : la coalition anti-rebelles affirme ne pas chercher l’escalade

Depuis jeudi dernier, des combats et des raids aériens sont signalés dans ce secteur où les forces progouvernementales ont acheminé des renforts

Des soldats de la coalition progouvernementale soutenue par l'Arabie saoudite, au sud d'Aden, au Yémen, le 29 octobre 2018. (Crédit : Saleh Al-OBEIDI / AFP)
Des soldats de la coalition progouvernementale soutenue par l'Arabie saoudite, au sud d'Aden, au Yémen, le 29 octobre 2018. (Crédit : Saleh Al-OBEIDI / AFP)

La coalition intervenant militairement au Yémen sous commandement saoudien « soutient » les efforts de l’ONU pour relancer le processus de paix et ne cherche pas l’escalade malgré les opérations en cours dans la région de Hodeida (ouest), a affirmé une source de la coalition.

Cette coalition, dont les deux piliers sont l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, appuie au sol des forces pro-gouvernementales yéménites en guerre contre des rebelles Houthis, soutenus par l’Iran et qui contrôlent la ville portuaire de Hodeida, sur la mer Rouge.

Depuis jeudi dernier, des combats et des raids aériens sont signalés dans ce secteur où les forces progouvernementales ont acheminé des renforts.

Il ne s’agit pas « d’opérations offensives » mais de déploiements pour « protéger nos troupes et élargir les périmètres de sécurité dans certaines zones », a déclaré à l’AFP une source de la coalition qui a requis l’anonymat.

Capture d’écran de la vidéo du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’occasion de la Journée de commémoration de l’Holocauste des Nations unies, le 31 janvier 2018 (Crédit : YouTube)

Vendredi, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a appelé à l’arrêt « immédiat » des « violences » au Yémen pour éviter que le pays ne tombe dans un « précipice », alors que la famine menace la moitié de la population.

Le médiateur de l’ONU Martin Griffiths avait pour sa part exhorté les belligérants à s’asseoir à la table des négociations « dans un délai d’un mois ».

« La coalition (menée par Ryad) est engagée à faire baisser les hostilités au Yémen et soutient fermement le processus politique » que cherche à relancer l’envoyé spécial de l’ONU, a déclaré la source de la coalition.

Cependant, a-t-elle ajouté, « si les Houthis ne se présentent pas à des pourparlers de paix, cela pourrait conduire à une reprise de l’offensive sur Hodeida ».

« La situation humanitaire au Yémen est inacceptable » et « nous sommes engagés à mettre fin au conflit dès que possible » et à « maintenir le port de Hodeida ouvert », a assuré cette source.

Lundi, le Royaume-Uni a appelé ses partenaires au sein du Conseil de sécurité de l’ONU à agir rapidement pour promouvoir une solution politique au Yémen, théâtre de la pire crise humanitaire au monde.

Depuis 2015, le Yémen est ravagé par une guerre qui a fait quelque 10 000 morts et plus de 56 000 blessés selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mais des responsables humanitaires estiment que le bilan réel des victimes est bien plus élevé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...