Yémen : Zarif réitère à un chef rebelle le soutien iranien à un cessez-le-feu
Rechercher

Yémen : Zarif réitère à un chef rebelle le soutien iranien à un cessez-le-feu

Le chef de la diplomatie iranienne a "de nouveau insisté sur la position de notre pays qu'une solution politique est la seule solution à la crise au Yémen"

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif durant une rencontre avec son homologue russe à Moscou, le 28 avril 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Alexander NEMENOV)
Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif durant une rencontre avec son homologue russe à Moscou, le 28 avril 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Alexander NEMENOV)

Le ministre iranien des Affaires étrangères a réitéré mercredi lors d’une rencontre à Oman avec le porte-parole des rebelles yéménites le soutien de Téhéran pour un cessez-le-feu au Yémen et pour une reprise des pourparlers visant à mettre un terme à une guerre de plus de six ans.

Mohammad Javad Zarif a « de nouveau insisté sur la position de notre pays qu’une solution politique est la seule solution à la crise au Yémen » lors de sa discussion avec Mohamed Abdel Salam, a indiqué le ministère iranien dans un communiqué.

Le chef de la diplomatie iranienne « a mis l’accent sur le soutien de notre pays pour un cessez-le-feu et pour des pourparlers entre les parties yéménites », a poursuivi le ministère, précisant que M. Zarif avait déploré « les conditions imposées à la population yéménite par six ans de guerre, appelé à la fin du conflit et à la levée du blocus ».

Le porte-parole des Houthis vit depuis plusieurs années à Mascate, comme d’autres dirigeants du mouvement rebelle soutenu par l’Iran.

Des combattants loyaux aux rebelles houthis lors d’un rassemblement en soutien aux négociations de paix en cours qui avaient eu lieu en Suède, une photo prise à Sanaa, au Yémen, le 13 décembre 2018. (Crédit : AP Photo/Hani Mohammed)

Les deux hommes se sont rencontrés plusieurs fois dans la capitale omanaise ces dernières années.

Le conflit au Yémen a fait depuis 2014 des dizaines de milliers de morts, selon des ONG, des millions de déplacés et poussé une grande partie de la population vers la famine.

L’Arabie saoudite qui dirige depuis 2015 une coalition militaire en soutien au gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale et combattu par les rebelles, a demandé aux Houthis d’arrêter le combat et d’engager des négociations. Proposition immédiatement rejetée par les rebelles, qui ont exigé en préalable la levée du blocus.

Les Houthis ont lancé début février une offensive d’envergure pour tenter de s’emparer de la ville de Marib, dernier bastion du gouvernement dans le nord du pays.

Plusieurs sources gouvernementales ont indiqué à l’AFP que les deux prochaines semaines décideraient du sort de cette campagne.

Selon elles, environ 2 000 soldats loyalistes et des milliers de rebelles ont été tués jusqu’ici. Les Houthis révèlent rarement leurs pertes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...