Yeshua : Netanyahu a été autorisé à modifier sa propre interview à sa guise
Rechercher

Yeshua : Netanyahu a été autorisé à modifier sa propre interview à sa guise

Alors que son témoignage se poursuit, l'ex-PDG du site d'information Walla a expliqué que "tout élément négatif entraînait une explosion" de la part des proches du Premier ministre

L'ancien PDG du site d'information Walla Ilan Yeshua arrive pour son témoignage dans l'affaire contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 12 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
L'ancien PDG du site d'information Walla Ilan Yeshua arrive pour son témoignage dans l'affaire contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 12 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancien PDG du site d’information Walla a poursuivi lundi son témoignage clé dans l’une des affaires contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, fournissant de nouvelles informations sur la forte implication présumée du Premier ministre dans le processus éditorial vers 2015.

Devant le tribunal de district de Jérusalem, Ilan Yeshua a raconté une interview de Netanyahu avant l’élection de cette année-là, qui avait été remise au Premier ministre pour qu’il la modifie à sa demande.

Il a déclaré qu’après l’interview, réalisée par Dov Gilhar environ une semaine avant le vote de mars, Yeshua a appris que Netanyahu était très en colère, que l’interview avait été hostile, qu’il n’avait pas été autorisé à compléter ses réponses et que les accords conclus avant l’interview n’avaient pas été respectés.

« Notre équipe a nié tout accord », a déclaré Yeshua. « Il y avait une très forte pression… elle venait de toutes les directions, on nous demandait de ne pas la publier et de faire une autre interview. »

L’ancien PDG du site d’information Walla Ilan Yeshua arrive pour son témoignage dans l’affaire contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 12 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Il a été contacté à ce sujet par de multiples émissaires, dont le propriétaire de Walla, Shaul Elovitch, et les collaborateurs de Netanyahu, Nir Hefetz et Zeev Rubinstein.

Il a déclaré que l’interview a finalement été envoyée à Hefetz, à l’insu de la rédaction et de l’intervieweur. Hefetz l’a ensuite renvoyée avec les modifications souhaitées. Yeshua a déclaré qu’il avait fait jurer à Hefetz de ne rien dire à personne, « car il n’est pas correct de laisser une personne interviewée corriger et modifier sa propre interview… Si la rédaction l’avait appris, elle aurait été scandalisée. Ce n’est pas une chose acceptable ».

Les procureurs ont communiqué un message qu’Elovitch a envoyé à Yeshua avant l’élection, disant : « Assez de Bougie Herzog… J’ai des difficultés avec le ‘grand’ dans mes affaires toute la journée ». Isaac « Bougie » Herzog était, à l’époque, le leader de l’Union sioniste, une alliance des Partis travailliste et Hatnua (Tzipi Livni) qui était le principal rival de Netanyahu dans cette élection.

Invité à expliquer le message, Yeshua a déclaré qu’Elovitch demandait à ce que l’on accorde moins d’attention au rival de Netanyahu. Le « grand homme » était Netanyahu, a-t-il dit, et les affaires auxquelles Elovitch faisait référence étaient des questions relatives à sa société Bezeq.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem lors d’une audience dans son procès pour corruption, le 5 avril 2021. (Crédit : Oren Ben Hakoon / Pool)

Dans cette affaire, Netanyahu est accusé d’avoir utilisé ses pouvoirs lorsqu’il était à la fois Premier ministre et ministre de la Communication de 2014 à 2017 pour avantager illicitement le magnat des télécommunications Elovitch, l’actionnaire majoritaire de Bezeq, en échange d’une couverture positive du Premier ministre et de sa famille par Walla, propriété d’Elovitch.

Yeshua a déclaré qu’après l’élection, « Shaul a mentionné que Sara avait beaucoup remercié Iris [Elovitch] pour l’aide qu’ils avaient apportée. Il y a eu des commentaires comme quoi nous lui avions fait gagner les élections. »

Il a également mentionné un incident au cours duquel Zeev Rubinstein lui a demandé de couvrir un reportage de Fox News qui critiquait le président américain de l’époque, Barack Obama, qui était en désaccord avec Netanyahu sur l’accord nucléaire iranien.

« Je caresse la demande de Zeev », peut-on lire dans un message de Yeshua à Elovitch qui a été transmis à la Cour. Yeshua a expliqué que « caresser » était un code pour une couverture positive. « Nous devons donner les deux choses, un bâton et une carotte ; ils ne doivent pas penser que nous sommes dans leur poche », ajoute le message.

M. Yeshua a déclaré à la Cour que cette démarche s’inscrivait dans le cadre d’une tentative continue de sa part de convaincre M. Elovitch de la nécessité de permettre un reportage plus équitable.

Toutefois, a-t-il souligné, « il n’était pas possible d’avoir un dialogue. Tout élément négatif finissait par entraîner un déchaînement » de l’entourage de Netanyahu. « Mes demandes n’ont pas été acceptées par Elovitch ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...