Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

ZAKA aurait exploité l’attaque du 7 octobre du Hamas pour obtenir des dons – média

Certains accusent des volontaires de l’organisation bénévole de créer du contenu, d'inventer des récits et de maltraiter les corps dans le cadre d'une campagne de relations publiques

Le personnel de ZAKA travaillant dans une zone ouverte où se trouvent des voitures détruites lors du massacre du 7 octobre, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le personnel de ZAKA travaillant dans une zone ouverte où se trouvent des voitures détruites lors du massacre du 7 octobre, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 12 décembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Les volontaires de ZAKA qui s’occupaient des victimes de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre sur le sud d’Israël auraient créé du contenu promotionnel pendant leur travail, inventé des histoires horribles et maltraité des corps dans le cadre d’une campagne de relations publiques, selon un article publié la semaine dernière par le quotidien Haaretz.

Bien que le Commandement du Front intérieur dispose d’une unité chargée de s’occuper des victimes du terrorisme et des soldats tombés au combat, ses soldats ont déclaré à Haaretz que le travail avait été confié à ZAKA.

Les soldats ont été appelés immédiatement mais ont été retenus pendant la première semaine suivant l’attaque. Ils ont été mis au travail dès la deuxième semaine de la guerre, mais n’ont été autorisés à dégager uniquement les corps des soldats tués dans les bases qui avaient été prises pour cible par le Hamas.

Les soldats de l’unité, ainsi que des volontaires d’autres organisations, ont accusé les volontaires de ZAKA de propager des récits d’horreurs qui n’auraient pas eu lieu, de publier des photos sensibles et choquantes pour choquer les gens et les inciter à faire des dons, et de manquer de professionnalisme pour gagner du temps d’antenne.

Des personnes ayant travaillé aux côtés de ZAKA ont affirmé que les bénévoles de l’organisation étaient négligents lors de l’ensachage des dépouilles, ramassant certains morceaux de corps démembrés tout en laissant le reste derrière eux. Cela a conduit les soldats à arriver à des endroits portant des autocollants de ZAKA indiquant que l’endroit avait été débarrassé des corps, mais à en trouver d’autres.

Un volontaire d’une autre organisation a déclaré à Haaretz que ZAKA emballait également les corps dans ses propres sacs alors qu’ils avaient déjà été placés dans les sacs de l’armée israélienne ou d’autres organisations, ce qui créait un désordre au quartier général lorsque les dépouilles étaient placées dans les mauvaises sections.

Des corps de victimes de l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre placés pour identification et traitement au siège du Rabbinat militaire, à Ramle, le 13 octobre 2023. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

ZAKA a affirmé que cela n’était fait que lorsqu’il y avait un problème avec le premier sac, mais Tsahal a déclaré à Haaretz qu’il n’avait aucun problème avec les sacs qu’il utilisait.

L’article a également révélé que de nombreux volontaires de ZAKA qui servaient en tant que réservistes s’identifiaient de manière erronée avec les gilets de l’organisation dans le cadre de la campagne de relations publiques. C’est le cas de Chaïm Otmazgin, chef des « unités spéciales » de ZAKA, qui servait en tant que réserviste dans une unité de recherche et de sauvetage du front intérieur.

Otmazgin a été accusé par de nombreux autres volontaires de créer du contenu promotionnel sur le terrain, d’empêcher les volontaires d’autres organisations de se rendre là où on avait besoin d’eux et d’user de son influence sur le Commandement du Front intérieur pour faire en sorte que certaines scènes soient exclusives à ZAKA.

Dans un communiqué, ZAKA a déclaré que l’organisation dépendait des dons pour fonctionner et qu’elle avait profité de l’occasion pour montrer au grand public le travail qu’elle accomplissait, mais que l’organisation travaillait en pleine coopération avec l’armée et d’autres organisations d’urgence.

Elle a ajouté qu’aucun contenu promotionnel n’était réalisé au nom de ZAKA sur le terrain, mais que si elle était informée d’incidents spécifiques, elle les examinerait et les traiterait.

Tsahal a déclaré à Haaretz avoir demandé à ZAKA de renforcer et d’aider l’armée à collecter les corps en raison de la complexité de la tâche, et qu’elle mènera une enquête détaillée sur l’article et rendra publiques ses conclusions.

Les volontaires de ZAKA, pour la plupart des Juifs ultra-orthodoxes, se rendent souvent sur les lieux d’attaques terroristes et d’accidents de la route mortels, pour récupérer des parties de corps et du sang pour les enterrer conformément à la loi juive orthodoxe. L’organisation fournit également des premiers secours et des services de recherche et de sauvetage et a participé à des opérations internationales.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.