Zarif: Netanyahu a dit des « mensonges » sur le programme nucléaire depuis 1992
Rechercher

Zarif: Netanyahu a dit des « mensonges » sur le programme nucléaire depuis 1992

Après la révélation de l'existence d'un "entrepôt atomique secret" à Téhéran, le chef de la diplomatie iranienne a affirmé que l'Israélien utilise un "écran de fumée"

Le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif à "Face the nation" sur CBS, le 30 septembre 2018 (Capture d'écran : CBS News)
Le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif à "Face the nation" sur CBS, le 30 septembre 2018 (Capture d'écran : CBS News)

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a rejeté samedi les allégations du Premier ministre Benjamin Netanyahu concernant un « entrepôt atomique secret » situé à côté de Téhéran, évoquant un « non-sens » relatif au programme nucléaire du régime islamique. Il a mis en cause une série d’affirmations « mensongères » remontant à 1992.

« Il tente simplement de trouver un écran de fumée », a dit Zarif à l’émission de CBS « Face the Nation », dans un extrait de l’interview qui a été diffusé samedi soir.

« Il fait ce type d’allégations sur l’Iran depuis 1992 », a commenté Zarif, souriant. « En 1992, selon lui, nous devions terminer de fabriquer une bombe dans les cinq années suivantes. En 1996, encore dans les cinq années suivantes. Il ne cesse de dire – il en a même témoigné devant le Congrès – que l’Iran est sur le point de fabriquer une arme nucléaire ».

Zarif a rejeté toutes les affirmations de Netanyahu.

« Les allégations antérieures de Netanyahu ont déclenché des enquêtes de la part de l’AIEA [agence internationale de l’énergie atomique] et elles ont été rejetées », a dit Zarif. « Il a eu tort lors de ses affirmations précédentes, et il a tort au sujet de celles-ci… Ce sont des non-sens ».

De plus, a dit Zarif, si Netanyahu voulait obtenir la garantie que Téhéran ne puisse pas produire une arme nucléaire, alors il aurait dû soutenir l’accord conclu entre les grandes puissances mondiales et l’Iran en 2015 qu’il a au contraire tenté de torpiller. Les Etats-Unis se sont pour leur part retirés de ce pacte au mois de mai.

« S’il s’inquiète du programme nucléaire iranien, la meilleure manière de se rassurer est l’accord qu’il a lui-même sapé de toutes ses forces. Parce que le JCPOA, l’accord sur le nucléaire, permet à l’AIEA de procéder aux inspections les plus intrusives qu’il puisse y avoir dans le monde entier », a dit Zarif. « Et l’Iran a accepté ces inspections intrusives parce que nous n’avions rien à cacher ».

Zarif a également accusé Netanyahu d’hypocrisie dans sa menace proférée à la fin du mois d’août contre le régime islamique, qu’il a émise aux abords de la structure nucléaire de Dimona, dans le sud d’Israël.

« Souvenez-vous, il y a quelques semaines, il était à Dimona, l’usine où les bombes sont fabriquées en Israël, et il a menacé d’annihiler l’Iran », s’est-il exclamé. « Et il dit maintenant que ce sont les Iraniens qui menacent les Israéliens d’annihilation. C’est absurde ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant la cérémonie pour renommer le réacteur nucléaire de Dimona d’après l’ancien président Shimon Peres, le 29 août 2018. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

L’interview entière de CBS sera diffusée dimanche soir.

Les propos de Zarif ont repris les tweets méprisants qu’il avait publiés jeudi.

« Aucun show artistique ou artisanal n’occultera le fait qu’Israël est le seul régime dans la région doté d’un programme d’armement nucléaire ‘secret’ et ‘non-déclaré’ – avec un ‘arsenal atomique concret’, » a dit Zarif. Il est temps qu’Israël reconnaisse tout et ouvre son programme d’armes nucléaires aux inspecteurs internationaux ».

Zarif a qualifié l’accusation de Netanyahu « d’obscène », a fait savoir l’agence de presse d’Etat INRA vendredi, et il a déclaré que le Premier ministre israélien était « un menteur qui ne peut pas s’arrêter de mentir ».

Benjamin Netanyahu à l’Assemblée générale de l’ONU, le 27 septembre 2018 (Crédit : capture d’écran YouTube)

Netanyahu a révélé dans un discours, la semaine dernière, l’existence de ce qu’il a qualifié de site nucléaire iranien inconnu auparavant, précisant qu’il pouvait contenir jusqu’à 300 tonnes de matériel nucléaire. Il a accusé l’agence internationale de l’énergie atomique d’échouer à enquêter sur les conclusions qu’il avait présentées au début de l’année sur le programme nucléaire iranien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...