Zeev Elkin : le Giro respectera le Shabat à Jérusalem
Rechercher

Zeev Elkin : le Giro respectera le Shabat à Jérusalem

Le Tour d'Italie démarrera vendredi peu avant 14h00 à Jérusalem sous la forme d'un contre-la-montre

Zeev Elkin, ministre des Affaires de Jérusalem (Likud), à la Knesset. (Crédit : Uri Lenz/Flash90)
Zeev Elkin, ministre des Affaires de Jérusalem (Likud), à la Knesset. (Crédit : Uri Lenz/Flash90)

Le Tour d’Italie, dont la première étape aura lieu vendredi à Jérusalem, respectera le shabbat, affirme le gouvernement israélien, les organisateurs du Giro assurant, eux, que l’épreuve cycliste se déroulera librement et dans des conditions de sécurité pendant les trois jours passés en Israël.

« Nous nous sommes assurés auprès des organisateurs pour qu’ils n’enfreignent pas le shabbat« , a affirmé Zeev Elkin, le ministre israélien chargé des affaires de Jérusalem.

Pour les Juifs ultra-orthodoxes, il est strictement interdit de circuler à vélo durant le Sabbath qui débute chaque vendredi soir pour se terminer samedi à l’aube. Le début du contre-la-montre de l’étape initiale du Giro est prévu juste avant 14h00 locales (13h00 heure française).

Le ministre a mis en avant la publicité faite à Jérusalem: « Il a attiré 10 000 touristes, tous les hôtels sont pleins et apportera plus de 50 millions de shekels (11,6 M EUR). Et pendant six heures, un milliard de téléspectateurs verront Jérusalem de manière positive. »

Il a également souligné la dimension symbolique de l’événement: « Il y a 2000 ans, nous (les Juifs) avions quitté Jérusalem à cause de Rome. Nous sommes revenus et les Italiens viennent à Jérusalem. »

De son côté, Daniel Benaim, responsable local de l’organisation du Giro, a assuré que le peloton n’avait rien à craindre, et en particulier des attaques militantes potentielles.

« Je pense que vous pouvez vraiment sentir et savoir que vous êtes dans un pays sûr. Israël est la nation la plus démocratique et la plus sûre pour accueillir un tel événement », a-t-il ajouté en soulignant la « beauté du sport qui permet de dépasser les barrières religieuses et politiques ».

Enfin, Mauro Vegni, le directeur du Giro, a rassuré qu’il n’y aurait aucune censure sur les manifestations pro-palestiniennes de la part des coureurs.

« Nous savions, en venant en Israël, qu’il y aurait des points de vue différents des nôtres. Nous n’avons ni le désir ni la force de faire de la politique. Ce n’est pas notre but. Notre seul espoir est de nous focaliser sur le seul côté sportif. Alors si quelqu’un veut protester, il le fera… », a affirmé Mauro Vegni.

Après Jérusalem, le Giro passera par Haïfa, Tel Aviv, Be’er Sheva et Eilat lors des deuxième et troisième étapes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...