Quelque 30 survivants de l’Holocauste dont les bar-mitsvas ou bat-mitzvas n’ont pas pu avoir lieu en raison de la Seconde Guerre mondiale ont marqué le rite de passage juif lundi au mur Occidental.

Les participants masculins ont enfilé leurs phylactères et lu des passages de la Torah, tandis que les spectateurs leur ont jeté des bonbons sur eux – comme il est d’usage pour les garçons et les filles en Israël.

Agitant des drapeaux israéliens, les survivants ont chanté des chansons traditionnelles juives – comme « Am Yisrael Chai » et ont dansé sur le site saint.

S’adressant à ceux qui célébraient le rite traditionnel juif, le dirigeant du parti Yesh Atid, Yair Lapid, a évoqué la bar-mitsva de son père, Yossef (Tommy) Lapid, qui n’a jamais eu l’occasion de la célébrer proprement.

« Papa était dans le ghetto de Budapest, dans une cave bondée où près de 600 personnes vivaient. Et sa mère – ma grand-mère – l’appela et lui dit : ‘Tommike, aujourd’hui, c’est ta bar-mitsva. Ton père ne viendra pas à la bar-mitsva, et je pense qu’il ne reviendra plus jamais. Je ne peux pas te faire un gâteau, mais il y a une chose que je peux faire’ », leur a dit Lapid.

« Elle a sorti un flacon de parfum Chanel n°5, qu’elle avait gardé tout au long de la guerre – Dieu seul sait comment – et elle l’a fracassé sur le sol. ‘Au moins, je peux m’assurer que mon garçon ne sent pas mauvais pour sa bar-mitsva’, a-t-elle dit à mon père », a raconté Lapid.

Les survivants ont ensuite visité la Knesset et chacun a reçu un certificat de bar-mitsva ou de bat mitzvah à la fin de la visite.

« Il n’y a personne plus digne que vous pour venir à la Knesset et être accueillis avec bénédiction et appréciation », a déclaré président de la Knesset Yuli Edelstein.

« Votre jeunesse vous a été volé et vous avez néanmoins choisi de vivre. Vous êtes venus en Israël et établi les prochaines générations », a-t-il conclu.