A Cracovie s’ouvre le premier hôtel casher depuis l’Holocauste
Rechercher

A Cracovie s’ouvre le premier hôtel casher depuis l’Holocauste

L’Hôtel Polin, officiellement ouvert samedi, 75 ans après que les Juifs de la ville furent envoyés par les Nazis dans des camps de la mort et de travail forcé

JTA — Soixante-quinze après que les nazis ont déporté les Juifs de Cracovie vers les camps de la mort, des descendants de survivants ont ouvert le premier hôtel casher de la ville polonaise après l’Holocauste.

L’Hôtel Polin a ouvert le mois dernier et a été officiellement inauguré samedi. L’hôtel, composé de 38 chambres, dispose d’une synagogue privée et d’ascenseurs programmés pour fonctionner pendant Shabbat sans enfreindre les lois juives orthodoxes.

La cuisine casher est sous la supervision du rabbin en chef polonais, Michael Schudrich, a déclaré Eli Zolkos, le directeur de l’hôtel, au JTA jeudi.

On prévoit un mikvé, ou un bain rituel.

Une chambre double à l’hôtel, qui est situé a proximité de l’Aéroport international Jean Paul II de Cracovie Balice, incluant le petit déjeuner coûte approximativement 38 euros par nuit, a déclaré Zolkos. L’hôtel propose des navettes vers le centre-ville, vers le quartier historique juif de Kazimierz, à environ 10 kilomètres.

Un homme d’affaire local non-juif a investi 475 000 euros pour construire l’hôtel, qui va peut-être ouvrir un autre établissement à Kazimierz.

Zolkos a déclaré que les prévisions d’activité de l’hôtel sont basées sur la fréquentation de plus en plus forte entre Israël et la Pologne.

Les Juifs dans les rues du ghetto de Cracovie avant sa liquidation, en 1943 (Crédit : Domaine public/ JWikimedia Commons)

Les forces d’occupation nazie en Pologne ont expulsé des centaines de milliers de Juifs de Cracovie. Ils ont commencé les déportations des Juifs restants de la ville vers les camps de la mort en mai 1942, selon le musée de l’Holocauste de Yad Vashem à Jérusalem.

Des centaines de Juifs ont été abattus dans le ghetto, alors que les autres ont été enlevés de leur maison pour être placés dans des trains en direction de Belzec et d’Auschwitz-Birkenau.

En mars 1943, le ghetto a été liquidé et les 2 000 travailleurs juifs restants ont été transportés dans le camp de travaux forcés à Plaszow. Tous les autres ont été déportés à Auschwitz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...