L’Autorité palestinienne aurait rejeté une offre soumise par le gouvernement israélien de libération d’un nouveau contingent de 400 prisonniers palestiniens en échange d’une prolongation de six mois des pourparlers de paix, a appris le Times of Israel.

Samedi soir, le Times of Israel a révélé que l’Etat hébreu, soutenu par Washington, a proposé de libérer un nouveau groupe de 400 terroristes palestiniens, en plus du quatrième et dernier contingent dont la libération était prévue ce weekend, si l’Autorité palestinienne accepte de rester à la table des négociations au-delà de la date-butoir du 29 avril.

Des sources affirment que l’Etat hébreu aurait refusé de relâcher le quatrième contingent en raison des rumeurs selon lesquelles l’AP se retirerait des négociations à la suite à cette libération.

L’offre israélienne a été rejetée par la direction palestinienne qui a décidé de présenter une contre-proposition aux médiateurs américains : elle exige la libération de 1 000 prisonniers désignés par l’Autorité palestinienne elle-même.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a également ordonné le gel des constructions dans les implantations et le transfert de contrôle de certaines régions de la zone C à l’Autorité palestinienne.

En échange, les pourparlers de paix seraient prolongés jusqu’à la fin de l’année 2014.

Si la direction palestinienne a rejeté l’offre soumise par l’Etat hébreu, elle poursuivait dimanche des tractations intensives sur la question.

Le négociateur en chef palestinien Saeb Erekat, qui a démissionné à plusieurs reprises depuis la reprise des pourparlers de paix en juillet sous médiation américaine, a déclaré dimanche poursuivre des discussions secrètes avec Jérusalem et Washington.

Au sujet de la libération des prisonniers qui devait intervenir samedi, Erekat répond que les dés ne sont pas encore jetés car Israël est dans l’obligation de libérer les détenus emprisonnés avant les accords d’Oslo.

Selon Erekat, Abbas a multiplié les efforts pour maintenir la question des prisonniers en dehors de toute tractation visant à étendre les pourparlers. En retour, les Palestiniens continuent de respecter leur obligation de s’abstenir de se porter candidats à l’ONU et à d’autres organismes internationaux pendant la durée des négociations.

L’offre soumise samedi par Israël stipulait qu’Israël choisisse l’identité des 400 prisonniers de sécurité supplémentaires, selon des sources palestiniennes.

Une condition rejetée par la direction palestinienne qui souhaite faire elle-même son choix. Israël retiendrait emprisonnés plus de 5 000 prisonniers sécuritaires palestiniens.

Uri Ariel, ministre du Logement et membre de Habayit Hayehudi, s’est dit prêt à appeler son parti à quitter la coalition si la libération de prisonniers supplémentaires intervenait.

Même son de cloche du côté du ministre des Transports, Israël Katz, membre du Likud, le parti de Netanyahu, qui a exprimé samedi soir sa vive opposition à la vague de libération prévue. Dans une interview à Radio Israël, il exhorte à l’arrêt immédiat du processus, d’autant plus
« qu’il n’y a eu aucune amélioration dans le processus de paix »

Le ministre en charge de la question des Prisonniers de l’Autorité palestinienne, Issa Karake, a recommandé samedi soir à Abbas de quitter la table des négociations et de soumettre la candidature à un Etat palestinien devant l’ONU et à d’autres organisations internationales si Israël ne procédait pas à la libération du quatrième groupe de prisonniers dans les prochains jours.

La porte-parole du Département d’Etat américain, Jen Psaki, a déclaré samedi soir : « En ce qui concerne les rapports dévoilés ce soir concernant un accord de libération des prisonniers, aucun accord n’a été finalisé, et nous continuons à travailler de manière intense avec les deux parties. Toutes les affirmations contraires sont inexactes. »

Plus tôt samedi, plusieurs rapports ont rapporté une conversation entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le secrétaire d’État américain John Kerry.

Netanyahu lui aurait confié craindre que sa coalition ne s’effondre si Israël libérait le quatrième lot de prisonniers palestiniens ce week-end – dont 14 Arabes israéliens.