La foule est clairsemée et l’entrée gratuite. Il y a 10 ans de la pop musique retentissait des haut-parleurs. Quelques familles sont assises sur des gradins près des athlètes, qui sautent par-dessus une haie basse quand il est temps de concourir.

Les Championnats équestres israéliens n’étaient pas l’endroit le plus évident pour trouver un athlète accompli avec des aspirations olympiques.

Mais Danielle Goldstein, une américaine qui parle peu l’hébreu et passe le plus clair de l’année en Floride, est le meilleur espoir d’Israël pour participer aux sauts d’obstacles équestre aux jeux de Rio De Janeiro de 2016.

« Il est important d’avoir une présence ici », a déclaré Goldstein, 29 ans, alors qu’elle observe la compétition vendredi dernier. « Je suis très heureuse d’être dans un championnat de la communauté ».

Originaire de l’Upper East Side de New York, Goldstein est tombée amoureuse des chevaux à un âge précoce et plus tard s’est concentrée sur les sauts d’obstacles, une discipline dans laquelle les coureurs font une course d’obstacles.

Au lycée, elle a été très présente dans les compétitions de saut à travers les États-Unis, mais se sentait attirée à la perspective de représenter Israël après un voyage là-bas lors d’un voyage de bat-mitsva.

Donc, sa décision de demander la citoyenneté israélienne après être passée pro en 2010 lui est venue naturellement, cela a surpris la Fédération équestre d’Israël.

« Ce n’est pas quelque chose comme, ‘Ouais, super’ », a déclaré Goldstein. « C’était plutôt, ‘Qui êtes-vous ? Que faites-vous ?’ ».

Goldstein dit de rejoindre la scène de la course cheval d’Israël a été « un peu d’une initiation », mais elle se sent bien accueillie. Depuis son immigration, elle s’est qualifiée pour les Jeux mondiaux de la Fédération équestre de cette année, lui permettant d’être sur ​​le point de se qualifier pour Rio.

Mais elle ne se contente pas seulement de porter Israël à cheval. Goldstein et un autre New-Yorkaise, Deborah Schultz, travaillent ensemble pour promouvoir l’équitation en Israël, à la fois en convaincant les gens de monter sur selle et en enseignant leurs compétences à des cavaliers plus expérimentés.

Schultz et une association à but non lucratif, la Mission hippique athlétique d’Israël – ou TEAM Israël – organisent des stages d’équitation animés par Goldstein et d’autres coureurs israéliens, et travaillent à coordonner les équipes pour les événements équestres internationaux.

Avec le soutien de TEAM Israel, qui a été fondé l’année dernière, Israël a envoyé une équipe de saut d’obstacles de la Coupe des Nations 2014 de la FEI [Fédération équestre internationale] pour la première fois.

« Plus nous faisons cela, plus les gens qui montent sortent de nulle part », a déclaré Schultz.

« Plus nous faisons cela, plus les gens qui montent sortent de nulle part », a déclaré Schultz. « A chaque fois que vous amenez un nouveau sport en Israël, les Israéliens typiques [disent] ‘Ah, non’. Puis il se laisse convaincre ».

Les immigrants ont joué un rôle important dans la stimulation de l’athlétisme israélien au cours des années.

L’immigration soviétique dans les années 1990 a permis d’élargir la présence d’Israël aux Jeux olympiques d’hiver, tandis que les Nord-Américains ont contribué à élargir le répertoire athlétique de l’État au-delà des sports piliers tels que le football ou le basket-ball.

Les associations de promotion de baseball israélien, de football américain, de lacrosse et même de curling ont été lancées à l’initiative des immigrants.

Mais contrairement à ces sports, Goldstein à l’habitude de repousser les limites et d’aider les gens à atteindre un niveau élevé en équitation pour pouvoir participer à des compétions. La Fédération équestre d’Israël, l’organisateur de l’événement de vendredi, promeut l’équitation en Israël depuis 50 ans, mais le sport reste un sport de créneaux.

Le membre du comité de la Fédération Noam Zered explique que la qualité de l’équitation israélienne s’est accrue au cours de ces dernières années et que les cavaliers ont eu plus d’accès aux centres équestres en Europe et aux États-Unis.

« Plus la jeune génération voit le monde et veut une plus grande qualité », a déclaré Zered. « Les gens reviennent ici avec des attentes. Nous nous construisons
maintenant ».

Un sauteur d’obstacles israélien, Eyal Gat, a quitté Israël pour les Etats-Unis à 16 ans et a vécu l’année dernière en Hollande. Il a eu accès aux meilleurs chevaux. Les coureurs israéliens ont formé une communauté en Europe, dit-il, joignant le mois dernier un Seder de Pessah en Belgique.

« Il est impossible d’avancer sans être ici », a déclaré Gat. « C’est évidemment difficile de vivre seul dans un pays qui n’est pas le vôtre, mais cela fait parti des règles du
jeu ».

Bien que quelques coureurs israéliens aient déploré le fait que la popularité de ce sport soit limitée par les coûts élevés de l’accès à un cheval, certains Israéliens trouvent une alternative à la selle par l’équitation thérapeutique, qui utilise des exercices à cheval pour améliorer diverses maladies.

L’équitation thérapeutique est subventionnée par le système de santé israélien, ce qui le rend plus accessible que l’équitation de loisir pour ceux qui en ont besoin.

Yonatan Dresler, qui est né avec une paralysie cérébrale, a déclaré que l’équitation thérapeutique l’a aidé à améliorer son équilibre et à développer une relation avec son cheval.

A 27 ans, Dresler a chevauché pour Israël aux Jeux paralympiques de Londres 2012 et s’est classé au 10e rang mondial en dressage paralympique, une autre discipline équestre.

« La connexion avec le cheval vous donne l’impression que vous avez la responsabilité d’un autre être », a déclaré Dresler. « Que ce soit la compétition paralympique ou le dressage [régulier], vous avez besoin des mêmes capacités ».

L’objectif de Schultz est de faire d’Israël un lieu où les cavaliers peuvent rester s’ils veulent progresser. Élevé dans une famille religieuse à Brooklyn à New York, avec peu d’exposition au sport, Schultz insiste : « le cheval est dans mon ADN ».

Maintenant consultante en haute technologie, Schultz vient en Israël de temps en temps pour conseiller les entreprises de technologie de Tel Aviv et veut apporter sa mentalité start-up au sport équestre.

« Cela ne fait pas partie du mythe d’Israël », a expliqué Schultz. « Mais il y a beaucoup de choses sur les chevaux qui sont similaires à Israël. Ils sont indépendants, fougueux. Ce pays est mûr pour cela. Je veux les rendre accros aux chevaux ».