Le ministre de l’Education Naftali Bennett a déclaré mercredi soir que la série d’incendies qui fait rage dans le pays ces derniers jours, dont certains seraient d’origine criminelle, ne pouvait avoir été causée que par « quelqu’un à qui cette terre n’appartient pas ».

Il semblait faire indirectement référence aux arabes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué mercredi qu’il y avait des signes que certains des incendies avaient été délibérément déclenchés, et a demandé de l’aide étrangère pour lutter contre les flammes.

Bennett a déclaré mercredi soir sur Twitter que « seul quelqu’un à qui cette terre n’appartient pas serait capable de la mettre à feu », un sentiment qui semblait viser les Palestiniens et/ou les membres de la communauté arabe israélienne.

Bennett dirige le parti nationaliste religieux HaBayit HaYehudi, qui défend les implantations et s’oppose fortement à la notion d’état palestinien pour des raisons religieuses et sécuritaires.

Bennett a réclamé à plusieurs reprises l’annexion de certaines parties de la Cisjordanie et d’accorder aux Palestiniens des autres régions une autonomie plus importante, avec de nouvelles routes, des parcs de bureaux et des opportunités économiques, tout en maintenant un contrôle israélien général sur la sécurité.

Le major-général Amos Yaakov, qui commande la police du district côtier, a déclaré mercredi matin que la police étudiait les présomptions d’incendies volontaires qui pourraient avoir un motif nationaliste.

« Quand vous combattez sur six fronts à la fois, vos soupçons sont élevés, mais je n’ai pas de certitude », a-t-il déclaré.

Israël a affronté plusieurs feux de broussailles qui auraient été allumés délibérément, dont l’un en mai dernier. La police avait publié une vidéo montrant un homme disparaitre dans un buisson près de la base militaire d’Ofrit et de l’hôpital Hadassah du mont Scopus, avant de fuir en direction du quartier Issawiya de Jérusalem Est. L’attaque présumée était la troisième en deux jours dans la même zone, et la septième dans tout le pays cette semaine-là.

Mercredi, les pompiers avaient réussi à contrôler les incendies de Zichron Yaakov et de Gilon, dans le nord du pays, et permis à certains des habitants évacués de rentrer chez aux. La police a également prévu de renforcer sa présence dans la zone, alors que les suspicions d’incendie criminel se font de plus en plus fortes.

Un incendie à Neve Ilan, près de Jérusalem, était toujours aussi fort jeudi matin. Plusieurs équipes de pompiers étaient déployées dans la zone pour combattre les flammes.

Des incendies ont également eu lieu mardi et mercredi près de Hadera, à Lachish, dans la banlieue Nesher de Haïfa, dans le Gush Etzion, et près de Kfar Vradim, dans le nord du pays.