Le mouvement terroriste palestinien du Hamas a accusé l’armée égyptienne d’avoir tiré mardi sur deux positions de ses forces de sécurité à Gaza, quelques jours après que Le Caire a déclaré « terroriste » sa branche armée.

Le ministère de l’Intérieur dans la bande de Gaza, où le Hamas tient les rênes du pouvoir, a affirmé dans un communiqué que « l’armée égyptienne a tiré ce matin (mardi) sur deux positions de nos forces de sécurité le long de la frontière sud de la bande de Gaza ».

Ces tirs, directs, « ont eu lieu brusquement, sans justification et sans qu’aucune violation n’ait eu lieu auparavant côté palestinien », a-t-il ajouté, réclamant une enquête immédiate.

Cet incident survient quatre jours après qu’un juge égyptien des référés a intégré les brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, dans la liste des « organisations terroristes ». Le Hamas était déjà inscrit sur cette liste depuis mars 2014, date à laquelle il a été interdit en Egypte.

Le Caire accuse le groupe palestinien d’être impliqué dans les attaques meurtrières dans le Sinaï.

A la suite d’attentats récents, des dizaines de policiers et militaires égyptiens dans la péninsule désertique ont été tués.

Plusieurs de ces attaques ont été revendiquées par la branche égyptienne de l’organisation djihadiste Etat islamique (EI).